Aquò d'Aqui



Pour votre journal c’est l’heure de vérité !

Assurer la succession de notre journaliste, faire plus et mieux pour vous proposer en occitan des contenus d’actualité de qualité, cela ne peut se faire sans votre aide. Et nous nous refusons à l’alternative de sa disparition. Nous pouvons compter sur vous ?

La langue occitane pour dire la société, c’est indispensable et les lecteurs d’Aquò d’Aquí en sont persuadés qui, non seulement s’abonnent à notre revue désormais bimensuelle, mais qui encore lui donnent le coup de pouce financier nécessaire quand nous le leur demandons.

 

Ils savent pourquoi ! Le prix de la revue ainsi reste bas, aussi grâce à eux retraités comme étudiants peuvent avoir accès à nos contenus, s’imprégner des valeurs occitanes, celles du respect réel de la diversité. Avec eux, la langue dira tout cela publiquement à une nouvelle génération.

 

Notre langue supposée morte par les croque morts hexagonaux respire encore grâce à vous.

 















            partager partager

Gites en Oc : l’affichage plus que la pratique


Les Gites de France dans les Alpes provençales et dauphinoises proposent un label « gite occitan » aux propriétaires. Une vingtaine l’adoptent, mais regrettent qu’aucun locataire jamais ne soit venu pour cette raison. Pour aller de l’avant une politique volontariste des Parcs Naturels en faveur de la langue est attendue par ces acteurs de territoire.



Une vingtaine de gîtes ruraux s'inscrivent sur la liste du séjour thématique "Gires occitans"
Une vingtaine de gîtes ruraux s'inscrivent sur la liste du séjour thématique "Gires occitans"
Sur le papier une bonne vingtaine de gîtes ruraux affichent un rapport avec la langue d’oc dans des deux départements alpins 04 et 05. En pratique, la langue est bien moins présente qu’elle n’est affichée.
 
Le seul gîte rural doté d’un Label Oc  dans les Alpes de Haute Provence a fermé ses portes voici deux ans, la propriétaire a cessé son activité, sa location, en septembre encore,  restait labellisée sur le site de l’IEO, qui décerne ce label, et a depuis mis son site à jour.
 
Aux Gîtes de France des Alpes de Haute Provence on fait valoir que, dans une petite dizaine de locations, les propriétaires « s’engagent à faire connaître à leurs hôtes la langue régionale », soit en parlant, soit en mettant à disposition une documentation adéquate.
 
Nous appelons un de ces gîtes, dans la région du Jabron, un affluent de la Durance qui vient de la Drôme. Mais on nous répond, interloqués : « de quoi me parlez-vous ? » avant de raccrocher. « Les propriétaires évidemment remplissent un formulaire, ce qui enclenche leur inscriptions sur une liste de gîtes thématiques « occitans » explique-t-on à l’administration des Gites de France, à Digne.

Diglossie et vieilles interdictions jouent contre la pratique de la langue

Second essai, cette fois dans le Verdon. Réponse franche de la propriétaire : « Je pensais que ce serait un plus, que des gens viendraient louer pour ça, mais pas un seul ne l’a encore fait ».
 
Pourtant cette dame qui vient de fêter ses soixante ans comprend la langue, mais rappelle que « enfant, à l’école, on m’interdisait de la parler et, voyez-vous, ça marque. C’est difficile pour moi d’oser ».

Toutefois dans ce foyer où vivent trois générations de femmes, la propriétaire se réjouit : « à moi on l’interdisait, à ma fille on l’a recommandé, et elle a longtemps fait du provençal à l’école ».

Le macaron du « gîte occitan » est une revanche sur le sort, il n’attend là que le premier locataire qui voudra bien parler la langue jadis interdite, naguère enfouie.
 
Dans les Hautes Alpes proches, les Gites de France ont développé dès le début des années 2000 la labellisation maison des gites occitans.

Voici quelques années nous avions eu l’occasion de mesurer que l’affichage linguistique pouvait ne pas suffire pour dépasser les affres de la diglossie. A nos questions posées en occitan à un charmant septuagénaire féru d’histoire, que nous interrogions dans son gite équestre, il ne nous fut répondu qu’en français.

« Désolé, mais vous parlez comme les gens d’en dessous de Gap ! » avait argumenté ce Champsaurin, que les minces différences dialectales bloquaient définitivement.

La Barma (la bauma) à Ristolas. Le propriétaire parle volontiers occitan, mais "personne ne vient pour ça jusqu'à présent". (photo DR)
La Barma (la bauma) à Ristolas. Le propriétaire parle volontiers occitan, mais "personne ne vient pour ça jusqu'à présent". (photo DR)
Toutefois, c’est dans le Queyras que nous trouverons un propriétaire avec qui nous avons la joie de n’échanger qu’en occitan. Son occitan alpin et notre provençal maritime s’accordent tout à fait pour parler du sujet.
 
Mais pour Stephane Simiand, qui loue un gite en proposant des expositions d’arts plastiques, « le fait que je puisse échanger en occitan ne m’a jamais amené aucun client. Ils viennent profiter du bon air et pratiquer la randonnée,  mais je n’ai jamais eu l’occasion de parler la langue avec eux, aucun ne s’est jamais adressé à moi en occitan ».
 
Cet accompagnateur de pays, à peine quadragénaire, a fait les Beaux-Arts en Avignon avant de choisir de vivre au pays, à Ristolas, dans le Queyras. Pour lui la langue occitane fait tout simplement partie de sa culture, et s’il la valorise localement, il attend encore le touriste qui lui donnera le sentiment que l'occitan est aussi un argument économique.

Les gîtes ne peuvent porter la politique linguistique

« Avec ces gites thématiques, nous pouvons affirmer un ancrage territorial » explique Thierry Hours, le directeur des Gites 05, lui-même occitanophone, « la culture et le savoir-faire c’est ce qui fonde le mieux la marque Gites des Hautes-Alpes, la langue aussi, mais il y a un risque à la mettre trop en avant, celui d’en faire une étrangeté pour les gens du pays. Or, tout devrait commencer par le fait qu’ils la mettent eux, en avant ! »
 
On ne peut demander aux Gites Ruraux de porter la promotion de la langue quand les autochtones l’abandonnent.
 
Tous nos interlocuteurs des deux départements s’entendent cependant sur un point : « nos gites sont souvent situés dans un parc naturel, régional ou national, et ce sont ces structures qui devraient avoir une politique d’affichage et de soutien de la langue régionale, les Gites suivraient volontiers ».

Les bonnes adresses

Pour être certain de parler occitan

Pour donner le coup de pouce nécessaire au redémarrage familial de l'occitan  

Mardi 22 Octobre 2013
Michel Neumuller





1.Posté par Lise Gros le 23/10/2013 16:56
Ai pres lo labèl per mon jas de Nimes, un T1 moblat a riba de garriga .Aculhirai amb plaser de gens de tota mena per de nuèchs o de dimenchadas. E farai pas l'economia de l'occitan, de segur !!!

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de février mars

Aquò d'Aquí c'est d'abord un magazine d'actualité sociétale sur 28 pages sans publicités, et s'y abonner c'est disposer d'un média engagé pour la langue occitane dans sa diversité dialectale pour dire la société.

Ce numéro d'hiver vous propose bien entendu une évocation du poète et globe trotter Roland Pécout, de son histoire personnelle et de cette originalité qui a consisté pour l'essentiel à aller à la rencontre de l'autre (Afghanistan, Scandinavie, Amérique latine...) pour comprendre qui l'on était. L'homme et l'intellectuel avait plusieurs dimensions, dont l'analyse historique et littéraire d'oc n'était pas la moindre. Mais nous avons choisi de l'évoquer avec l'écrivaine et chercheuse Danielle Julien.

 

03/02/2024

Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.