Aquò d'Aqui


La Langue d’Oc
dans le parler d’aujourd’hui

Connaissez-vous la signification de cette expression ?


Et patin coufin * :

A - n'oublie pas tes patins ni ton couffin
B - etcetera
C - coucou je suis là (expression enfantine)


Répondre


Qu'es aquò, qu'es aquò ? (13)

Les devinettes d'Andrieu Lagarda, en languedocien, sont un modèle de finesse.Vous essayez de trouver... et vous nous écrivez la réponse.


Vaquí la devinalha dau jorn

Qu'es aquò, qu'es aquò ? (13)
"Una domaisèla dins un covent
que non coneis pluèja ni vent
mas qu'es banhada tot lo temps"


Qu'es aquò ?



 














            partager partager

Festivau d’Ais : cinc operàs e un novèu baile


La Soixante-huitième édition du Festival d’Art Lyrique s’ouvre le 30 juin. Cinq opéras y sont présentés, et deux autres en version de concert. Vendredi, le conseil d’administration a choisi Pierre Audi, pour succéder, en 2018, à Bernard Foccroulle, à la tête de la manifestation lyrique phare de l’été.



Pierre Audi, un bon répertoire pour le répertoire ? (Photo Sarah Wong Dutch Nat. Opera DR)
Pierre Audi, un bon répertoire pour le répertoire ? (Photo Sarah Wong Dutch Nat. Opera DR)
Es finalament Pèire Audi, un metèire en scèna francò-libanés de 58 ans, que succedirà a Bernat Foccroulle, au cap dau Festivau d’Ais, a partir de 2018. A l’ora d’ara baile de l’Operà Nacionau dei País-Bas, siguèt estat chausit en plaça de la bailessa de l’Operà de Lille, Carolina Sonrier, l’autra candidata. Lo Festivau serà adonc totjorn pas bailejat per una frema. Aquela, bòna gestionària de 59 ans, aviá pasmens pas lo repertòri internacionau de Pèire Audi, qu’a trabalhat mai o mens per totei lei scènas dau monde aquelei trenta darriereis annadas. Am’un festivau endraiat dins de partenariats internacionaus, e fai virar sei producciens de’n pertot, lo Consèu d’Admenistrança dau Festivau sestian li seriá estat sensible per chausir, divèndres 24 de junh.
 
Pèire Audi serà associat a la direccien dau Festivau tre l’an que vèn, come director ajonch, per ne’n preparar l’edicien 2018, la premiera de son mandat, de cinq ans.
 
Après un mes d’intradas mai o mens gratuitas, am’un cimèu artistic lo 26 de junh per sei « Paradas », lo Festivau s’alestís a durbir sa seissanta-uechenca edicien entre lo 30 de junh e lo 20 de julhet, amé cinc operàs, e dos autrei en versien concertanta.
 
L’i retrobarem en particulier la metèira en scèna Katie Mitchell, e son univèrs de pòrtas dubèrtas, sus lo temps e l’espàci, coma avèm ja poscut ne’n parlar a l’ocasien de son Alcina (Haendel en 2015) o de Written on skin (2012, de Martin Crimp). Esto còp debanarà son gaubi per lo Pélleas et Mélisande, de Debussy.
 
Un Cosi fan tutte (Mozart) tau coma lo prepara lo metèire en scèna Cristòu Honoré, deu se situar, eu, en Africa Coloniala… L’an passat, l’Enlèvement au Sérail, siguèt estat situit dins l’Orient mai o mens de Daesch, e èra un brave pàti. Mèfi ! Que fau s’avisar que tirar l’òbra onte devriá pas anar destapa mai que d’un còp sus una bèla cagada.
 
Demieg leis òbras presentadas, li aurà segur de creaciens, coma aqueu Kalila Wa Dimna, dau Palestinian Moneim Adwan, cantat en arabe e parlat en francés, que devriá faire tot d’un còp mai conéisser lo gaubi d’aqueu compositor ara Sestian, e l’imaginari dei còntes orientaus.
 
Aquò d’Aquí, coma de costuma, serà present per vos ne’n parlar mai, un còp leis espectacles jugats., 

Jeudi 30 Juin 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Votre numéro d'été invite à respirer
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.