Aquò d'Aqui








Vau mielhs èstre Parisenc...

SENANQUE. Menacée d'écroulement l'emblématique cistercienne du Vaucluse, malgré sa notoriété, ne recueille pas en un an, le trois centième de l'argent que Notre Dame de Paris a recueilli en 24 heures.

Vos ne'n rementatz ? En un jorn, fa pauc, lei grandei entrepresas an promes mai d'un miliard d'€uròs per un monument parisenc emblematic.

En Provença, fa un an que la Glèisa assaja de trobar tres cents còps mens, e lei mecenas, l'i vesem pas.

Fau èstre Parisenc.







            partager partager

Fest’Aqui : un premier festival pour les langues romanes


LA CIOTAT. Le premier Fest'Aqui s'ouvre vendredi soir à La Ciotat. Consacré aux langues romanes il met notre occitan provençal au centre et s'intéresse aux aspects les plus joyeux de nos cultures : la musique et l'assiette.



La Bastide Marin à La Ciotat, déjà haut lieu de la Romanité et du dialogue entre locuteurs post-latins (photo XDR)
La Bastide Marin à La Ciotat, déjà haut lieu de la Romanité et du dialogue entre locuteurs post-latins (photo XDR)
« Touteis ensen à la Ciéutat / Toteis ensems a la Cieutat ». Comme quoi le bigraphisme ce n’est pas la mer à boire, entre les chantiers et l’Ile Verte. Le regroupement d’associations locale de défense du patrimoine et d’autres plus thématiques et plus régionales, a réussi son pari. Les 9 et 10 juin, le Fest’Aqui, ou Festival de langues romanes, déploiera sa première édition à la Bastide Marin, un bâtiment communal sur les hauts de la ville.
 
Pour Mireille Benedetti, élue locale, mais aussi conseillère régionale, c’était un pari : fédérer les initiatives et réussir à « faire rayonner la culture provençale en élargissant cette dynamique à toutes les langues romanes ».
 

Deux concerts, un balèti, du théâtre, et des ateliers, entre autres initiatives, valoriseront demain et samedi la proximité des langues romanes. Du roumain au portugais, celles-ci offrent une opportunité aux gens du sud européen, signale José Delofeu, universitaire qui a mis au point une méthode pour cheminer de l’une à l’autre et acquérir un « panier » de vocabulaire permettant de se débrouiller partout face à des oreilles attentives. « Le futur de l’Europe romane c’est la création d’une langue pivot permettant à chacun de se comprendre ». L’anglais ne serait donc pas fatal ? L’esperanto trouverait une déclinaison latine ?

Pour en savoir plus et en parler, ne manquez pas l’atelier animé par Alain Barthélemy, de l’Association pour l’Enseignement de la Langue d’Oc : « elle est vivante et la transmettre facilite, pour nous Français, l’apprentissage de toutes les autres ». Avis aux décideurs bloqués du cerveau qui, en France, considèrent nos langues régionales comme l’ennemi du français.
 
Ne manquez pas non plus les ateliers culinaires, car la culture des Romans, si elle est véhiculée par la langue, se décline aussi dans l’assiette. Faites un tour à « l’atelier inter-roman d’initiation à l’analyse sensorielle oléo-culturelle de l’huile d’olive » (un nom long comme un rai d’òli !) qu’animera Denis Roux, un passionné très organisé, qui possède le vocabulaire de l’huile dans bien des langues d’ici.
 
Côté musique le vendredi soit sera consacré au Seriol, ce groupe aux rudes sonorités venu d’Aisone, dans les Valadas du Piémont. Avec eux attendez-vous à un cocktail alliant instruments traditionnels et incontournables du rock.
 
Le lendemain matin ne ratez pas plus Enco de Botte, le groupe vocal féminin marseillais propose un  tout d’horizon des chants de l’euro-méditerranée…Ben tiens, celle qui parle « roman » justement.
 
Vous noterez, enfin, que cette première édition compte  sur la bonne volonté de bénévoles, et si l’énergie m’a pas manqué, les subventions ont été absentes. Si vous faites un don, vous permettrez sans doute  à l’équipe de poursuivre l’aventure et d’installer l’événement de manière durable dans l’univers des langues romanes en Provence.
 
Puisqu’on en est à parler sousous, sachez que le pass du festival coûte 2€ , pour les deux jours, et que seul le concert du Seriol réclame un billet particulier, vendu lui 5€.

Au programme

Avec les langues romanes, ce qui unit le mieux les Européens du sud, c'est certainement le vin et l'huile d'olives. Le Fest'Aquí vous y intéressera en connaisseur (photo MN)
Avec les langues romanes, ce qui unit le mieux les Européens du sud, c'est certainement le vin et l'huile d'olives. Le Fest'Aquí vous y intéressera en connaisseur (photo MN)
Vendredi 9 juin
18h - Ouverture officielle du Festival suivi d'un vin d'honneur et d'un Spectacle: danses, chants, poésie ...
20h30: Intermède musical - Balèti et grillades à la taverne (per lou vèntre darrié l'esquino)
21h30: Concert Lou Sériol
Samedi 10 Juin
-10h/18h Stands des membres fondateurs
10h30 à 11h30 et 15h30 à 17h00: Ateliers –conférences
En concert à 11h30, Enco de botte http://encodebotte.com
Nombreux spectacles et animations
PASS FESTIVAL: 2€/p pour les deux jours
Concert Lou Sériol: 5€/p
Renseignements: 06 14 39 03 19 ou 06 65 27 84 39
 

Jeudi 8 Juin 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Votre nouvel Aquò d'Aqui d'été
Dison que...

Ce que peut la volonté

Au cœur des Pyrénées, ce dimanche, et pour la 32 ème fois Catalans et Occitans ont renouvelé les gestes de fraternité, qui se rient des frontières politiques.

Au fond, et selon les critères habituels des Etats contemporains et du monde global, rien ne prédispose Occitans et Catalans à rechercher sans relâche l’occasion d’affirmer une fraternité qui ne va pas tant de soi.

Ce que peut la volonté


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.