Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Estrecha Provença fantasmada


Une région provençale unie dans un ensemble plus vaste et cohérent sur le plan culturel n'a rien de choquant. Elle pourrait répondre à d'autres enjeux que la perpétuation du pouvoir d'édiles qui taillent des fiefs à la mesure de leurs espoirs électoraux.



Alòr vaquí que Federalisme es ara una marrida reson. Tant marrida que se deu pas dire. En tot cas nòstre president dau Consèu Regionau, eu, s’enebís de meme lo prononciar. 

Qui a peur d'une Région forte? Fut-elle élargie.

Es ce que ditz dins una entrevista a La Marseillaise d’aqueu diluns 3 de febrier 2014.
 
E s’acontentarà pas de faire lo mut am’aquela paraula maudicha. Vòu encara la batèsta e la garrolha amé nòstrei vesins Italians, Alemands o Espanhòus que ne’s lo modèle.
 
En veritat, levat de la França e de la Grècia, se trobariá pas en Union Europenca autra causa qu’aqueu federalisme que lo president Vauzelle tèn en tal òdi.
 
A ben lo drech de lo pensar.
 
Mai aqueu principi personau l’empacha benleu de vèire coma se podrián faire leis evolucions de la Provença deman. Es dich tanben, vòu pas entendre parlar d’un ensems territoriau mai larg que "Paca".
 
Pasmens, dins una aligança amé nòstrei vesins, gitariam bèn a la mar per lo laissar negar aqueu sigle qu’entraïna la question fatala de tot estrangier : « ont es Paca ? me podètz far vèire sus la carta ? E coma dison a seis abitants ? Lei Pacalians ? »
 
Puei, se fau demandar se son avís es ben argumentat – « es una comunautat de destin despuei leis Aups jusqu’au Ròse », que nos ditz, « una bèla entitat fòrta d’una mema cultura, de la lenga « provençala ».
 
Alòr que se demanda : « onte seriá d’alhors la comunautat de destin entre Perpinhan e Niça ? »
 
Se s’èra un pauc assabentat de la lenga de son país, segur que lo president regionau saupriá que la lenga « provençala » l’es jamai qu’entre Arle e Canas, Marselha e Sisteron. Vesèm dejà se dreiçar lei peus sus lo suc de nòstreis amics aupencs que parlan de Vivarò-aupenc. E tanben nòstreis autreis amics niçards, qu’auçaràn seis ussas, e se pensaràn que, segur, vaquí un provençau que podriam dire niçard.
 
E passat lo Ròse, nòstreis amics dau Gard se pensaràn elei : « e nosautres, lo parlam pas benleu lo provençau ? !» Mai elei, segur auràn una comunautat de destin amé Perpinhan…. que s’es imaginada a Marselha.
 
Fòra de la lenga occitana, podretz totjorn cercar aquela ligason culturala qu’auriam amé leis uns e pas amé leis autres. Auretz totjorn tot faus. E tras que faus.
 
Se pòu d’alhor questionar perqué Michel Vauzelle, i a gaire, es pas anat votar per que lei lengas de França siegon aparadas per la Charta Europenca dei Lengas Regionalas ? Perqué seriá donar quitus an aquelei marrits Europencs federalistas ?
 
 
Una autra empacha qu’entraïna la posicion tant tancada dau president pacalian, es que Provença Aups e Costa d’Azur devrà jamai s’aligar a d’autrei regions dins una Euròpa onte, justament, lei Regions son l’avenir.
 
Miegjorn Pireneus regarda vèrs Barcelona, e Lion manjariá la Provença, que nos ditz… chausiriá « pusleu de nos adreissar a París ». Ata ! Podràn li dire totei lei cataus aparisenquits qu’imaginan pas de decidar au sieu.
 
Li a pasmens dins aqueu rasonament un polit rodage gripat. Niça, ela, regarda vèrs la Liguria…
 
Partisan d’una metropòla marselhesa qu’entamenarà pas lei prerogativas regionalas, nòstre president a benleu organisat son avejaire segon lo poder que pòu esperar, e pas mai. Direm alòr que regarda pas ben luenh.
 
Adonc laissem lo a sei contradiccions, e ramentem pusleu ce que disiá dau destin miegjorau un òme que justament vesiá luenh, que celebrarem en 2014 lo centenàri de sa mòrt, e que seis idèas son pasmens encara drudas.
 
« Eh ! bèn, nàni ! despièi Aubagno,
Jusqu'au Velai, fin-qu'au Medò.
La gardaren riboun-ribagno,
Nosto rebello lengo d'O ! »


Dimanche 9 Février 2014
Aquò d'Aquí



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.