Aquò d'Aqui


Oui, une crise

La crise sanitaire sera aussi économique. L'entreprise sera aidée. Mais la recherche ? la culture ? la presse associative ? Elle, comptera sur vous. Aquò d'Aquí certainement.

La crise sanitaire que nous subissons est inédite par son ampleur territoriale et sa durée. Elle nous rappelle la grande peste du XIVè siècle, mais au temps de la mondialisation. Il ne faut que vingt heures d’avion pour se rendre en Europe depuis la Chine, et la frontière franco-italienne est tout ce qu’il y a de poreuse.
















            partager partager

Entre pneumonia e virus chinés la malautia cronica de l’Estat


L’Etat avait tout préparé en secret, et les rapatriés de Chine se retrouvent en quarantaine sur la Côte Bleue… alors que s’apprête à éclater une véritable épidémie de pneumonies. Ah qu’il eût été bon de consulter le réseau de médecins locaux !



Una conferéncia de pressa dau prefèct, sensa ges de tèma, puei d’anóncias… E ai jornalistas l’Estat li dirà, avans que siegue mume avisat lo premier cònsol, que lei Francés retorn de China amé de sopçons d’infecciens, seràn gardats en quarantena dins un centre de lesers de Carri, sus la riba de mar.

Les ouvriers affectés par la pneumonie travaillaient sur un navire de ce type, ici dans les quartiers Nord de Marseille (photo MN)
Les ouvriers affectés par la pneumonie travaillaient sur un navire de ce type, ici dans les quartiers Nord de Marseille (photo MN)

Concertar lo monde professionau e leis elegits locaus es pas dins l'usatge de l'Estat

 

Lei rasons de l’Estat, lei pòu desgranar, son de bònas : un aeropòrt au pròche, un centre espitalier expèrt, e un gaubi en matéria de medecina tropicala.

 

Ben segur, aculhir de refugiats sanitaris avèm de va faire, simple acte de solidaritat activa o passiva de monde que li siam ligats per la ciutadanetat. E mume serián de forastiers , qu’impòrta ! Auriam de li portar secors. Se fa chasque jorn dins leis espitaus marselhés, e de tot temps. Sabètz pas lo nombre d’Argerians e autres que son sonhats dins leis espitaus de la vila, sensa que jamai degun ne’n parle.

 

Mai se degun ne’n parla, se fa pas sensa que siegue sachut, sensa que lo premier cònsol ne’n siegue avisat. Aqueu de Carri, es pas que romega, mai auriá poscut gestionar son orsinada tradicionala, qu’atriva tota la Provença au sieu.

 

Mai ce qu’es grèu es que l’Estat a pas vòugut vèire que l’ ola èra a mand de desbordar. Li auriá sufít de consultar lo malhum de metges que s’avisan totjorn dei riscs d’epidemias despuei leis annadas 1960, per saupre qu’au pòrt de Marselha un vertadier espetament se preparava.

 

Au Pòrt, trege personas trabalhant a la transformacien dau mume naviri an declarat una pneumonia a pneumocòque, que pòu èstre vertadierament grèva. En particulier podriá se desvelopar, mudar e envaïr leis organismes afectats. Podriá ben mau evoluir per un tèrç dau monde afectat.


E coma totei leis obriers trabalhan e vivon ensems, lotjats a quatre per cabina dins un mume batèu, totei lei condiciens s’acampan per vèire espetar una vertadiera epidemia am’una populacien de 4000 salariats. L’Agéncia Regionala de Santat comença de panicar. Mai ela muma aviá esperat qu’un metge especialista s’alarme publicament per sortir dau bòsc administratiu.

 

A l’ora de la mondialisacien, faliá qu’arribe aquò : una epidemia chinesa crosant una autra, finlandesa… Mai per l’Estat, se rementam que Tchernobyl aviá cessat seis efècts au Ren e ais Aups… Trentacinc ans puei, se fa pas mai confiança ai locaus que coneisson lo terrenc.

 

E ara la questien deu èstre dicha : coma podriá, l’espitau de la Timona, menar en frònt l’ espandiment d’aquela epidemia grèva, e aquela dau coronavirus que promete de l’èstre tot autant ?

 

Marrida evaluacien de la situacien, abséncia de concertacien mai que tot, sentiment tot potenciós d’un Estat que vòu pas tenir lei regiens coma majoras, vaquí una autra mena de malautiá, e aquela pas chinesa !

 

A Bordèu, a Nantas, a Roen tot parier qu’a Marselha aurián poscut chausir de laissar un temps lo monde tornat de China, bòrd que leis universitats l’i an de secciens de medecina tropicala. O aurián poscut chausir de partejar lo monde arribant. Perqué n’i aurà d’autres.

 

Mai ce que vesèm es que, s’avèm de mau per donar la fisança ais autoritats chinesas per gestionar ce que devèn un vertadier drama uman, podèm pas mai faire confiança a l’Estat francés per dialogar amé lo monde que podriá l’ajudar eficaç.

 

En França es un sistèma que la casqueta de prefèct fague d’ombra ais energias localas positivas. Esperem qu’aqueu de còp lei consequéncias siegon pas dramaticas.


Lundi 3 Février 2020
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre dossier de onze pages sur l'épidémie mise en perspectives
Dison que...

L'occitan maintenu en temps de confinement

Aquò d'Aquí sera présent chaque jour avec des contenus en lenga nòstra durant le confinement. Pas de chômage technique avec la presse occitane.

En temps de confinement sanitaire généralisé, notre langue d'oc doit continuer d'exprimer des idées, et de livrer des informations, de dire l'actualité, immédiate ou pas. Aquò d'Aquí ne laissera pas s'établir un couvre feu linguistique. Vous avez le droit de lire en occitan, de Provence, des Alpes, du Languedoc ou d'ailleurs.

 
L'occitan maintenu en temps de confinement


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.