Aquò d'Aqui


Lengas minorisadas : enfin una estrategia de reconquista

Avec un rassemblement peu couru et parisien, un fait majeur vient pourtant de survenir le 30 novembre : les défenseurs des langues minoritaires se sont alliés et ont décidé d’une feuille de route.

Davant la Glèisa Santa Clotilda, brandussan lei bandièras : negras amé tèsta de Maure, o arminas de muma color, sang e òr amé crotz de Forcauquier e Tolosa, o l’estrella de l’independentisme catalan, e d’autrei. Benlèu que son pas mai que sièis cents lei manifestants, mai ben colorats. Un arc de seda dei minoritats lenguisticas de l’exagòne. Justament èra la tòca d’aqueu recampament : faire molon, e charrar de ce que partejan totei, una lenga mespresada, en dangier de disparéisser.

Lengas minorisadas : enfin una estrategia de reconquista















            partager partager

De l’alfa e de l’òmega de la ciutat


Les habitants d'une ville doivent pouvoir officiellement co-construire les projets urbains. Faute de quoi, le jeu est fermé, et dangereux : des spéculateurs favorisent une équipe politique qui servira leurs intérêts. Et les conséquences peuvent être dramatiques.



Aperaquí detz mila personas dimècres de sera manifestavan còntre l’incuria dau municipe marselhès que laissa en risc d’espòutir mai que mai d’imòbles dau centre ancian.
Mercredi 14 novembre, appel à une manifestation, légitime mais sévèrement réprimée (photo MN)
Mercredi 14 novembre, appel à une manifestation, légitime mais sévèrement réprimée (photo MN)

Favorisar leis afaires e escobar leis empachaires, aquò's pas una politica

La demanda dei caminaires èra simplissima : demissien dau premier cònsol. Una revendicacien legitima après que siegue desvelat lo nivèu dau problèma e que se debanan l’un après l’autre leis escandòls d’aquela situacien.
 
La responsa publica a l’emocien per lei uech mòrts de l’espòutiment d’un ostalàs carrièra d’Aubanha es incredibla : gas lacrimogèns e cargas policieras còntra lei manifestaires qu’èron pacifics.
 
S’agissiá, amé mai de violencia que d’acostuma d’arribar au mume resultat : laissar faire lo poder, que lo ciutadan a pas de comptar dins lo juec deis actors politics.
 
Es segur pas especialment marselhès. S’es debanat tot parier en Catalonha quand volián votar, au Canada quand leis estudiants volián pas una universitat reservada ai rics. De’n pertot lei poders vòlon que la democracia siegue ren que formala. Plaça ais affaires, ges d’empachaires !
 
Pasmens se desvelan lei rasons dau drama de la carrièra d’Aubanha : de borgès crompèron d’imòbles fa d’ans, e esperan ara que sa desgradacien entraine son avaliment. Per aquò, son lests a ajudar un pauc se fau degalhar la situacien dei quartiers en projèts de « revalorisacien » : d’abitants dau barri de la Plana nos dison que lei bordilhas son pas rebalhadas et qu’es entr’elei que devon s’organisar per aqueu servici public. La plaça Jean Jaurès, au mitan, siguèt laissada sensa ges de policia, ce qu’afavorisèt sa fonccien de parcament de veituras sauvatge….Ara la Comuna es lesta a l’i faire constrencha d’una nòva plaça dins l’espèr de vèire arribar de populaciens mai ricas. E es coma an dich, ponch ! Coma va disiá una aficha : « pòdon pagar vint milliens per destrussir La Plana mai pas un eurò per empachar l’espòutiment d’imòbles carrièra d’Aubanha ».
 
Quand la situacien es tala coma ara e que lei politics semblan elegit còntra sa populacien, benlèu que li a qu’un solet mejan per assanir, es de chanjar lo mai lèu que possible tota una còla qu’a tant resquilhat dins lo garolhàs de l’especulacien. E de faire plaça, mai que tot, an’una politica de co-construccien dei projèts amé leis abitants de sa ciutat.
 
Sei ciutadans devon tornar èstre l’alfa e l’òmega d’una ciutat.

Jeudi 15 Novembre 2018




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

L'Aquò d'Aquí de fin d'année s'attelle à la charrue
Dison que...

Venus

Notre statue volée dit bien l'état d'esprit français vis à vis de l'égalité de traitement culturel

Trobada dins lo ròdol dei vestigis dau teatre roman d'Arle en 1651, l'estatua d'Afrodita, que dison "Venus d'Arle" seriá de Praxitèl.

 

Siguèt mandada a Paris vintados ans puei sus l'exigéncia de Loís XIV (e non ofèrta per la Comuna coma ditz lo cartèl dau Musèu, ara!), Rei Soleu, que non! Rei Raubaire!

Venus


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.