Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Dans notre numéro de mai


On y parle beaucoup de musiques, et tout autant de la protection de la nature…comme de la culture provençales.



Notre numéro 305, daté de mai 2018, sera chez nos abonnés vers le 6-8 mai.
Il proposera deux enquêtes essentielles concernant la place de notre langue d’oc et de nos traditions vives au vingt-et-unième siècle : d’une part les raisons de l’engouement pour cet improbable couple, assez unique, d’une flute harmonique et d’un tambour touché, semble-t-il proprement provençal ; d’autre part la possibilité de protéger et promouvoir notre langue régionale comme patrimoine dans les lieux même qui doivent protéger nature et culture, les Parcs Naturels.
 

 

Paiement en ligne sécurisé de votre abonnement

Mais la musique, les musiques, nous intéressent tout autant quand il s’agit de refaire vivre le prestigieux moyen-âge occitan en Provence. Avec le double disque de Flor Enversa, nous abordons pleinement le sujet grâce à la musicienne et musicologue Domitille Vigneron.
 
L’alliage de la musique traditionnelle et de la musique contemporaine à composante électronique nous dit aussi beaucoup sur la souplesse de nos traditions dans l’univers de la création.
 
La Commune de Marseille, dévoilée par les poètes occitans, eux-mêmes mis sous le projecteur par Claudi Barsotti, les réflexions essentielles de Felipe Gardy révélées et commentées par Danièla Julien, nous plongent également dans l’univers du livre d’oc.
 
Et Gérard Phavorin n’est pas en reste dans ce numéro, qui commente tout autant notre dossier sur les Parcs Naturels qu’il nous fait découvrir, en provençal, une cité Maia.
 
Reinat Toscano, Aymeline Recours, Médéric Gasquet-Cyrus, et le photographe Georges Souche nous gratifient également de leurs collaborations.
 
Ce numéro printanier sera chez vous, et les neuf suivants, pour la modique somme de 25€. Que vous pourrez désormais régler en ligne grâce à un paiement sécurisé.

Jeudi 26 Avril 2018
Michel Neumuller




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.