Aquò d'Aqui


            partager partager

Cor D Lus enregistre ses chants de Noël


Le groupe polyvocal sort son premier CD en décembre.



Le groupe s'était constitué en 2011 à Ansouis, où il a enregistré son premier CD en aout dernier (photo MN)
Le groupe s'était constitué en 2011 à Ansouis, où il a enregistré son premier CD en aout dernier (photo MN)
Le groupe choral composé de Vincent et Sébastien Cladere, Jean-Philippe Perdereau, Philippe Franceschi et Didier Maurell rodait depuis trois ans son interprétation polyphonique de chants religieux, nadals en particulier, en occitan. Il grave désormais son premier CD, composé de ce répertoire de nativités.

L’enregistrement a été effectué au cours de quelques nuits d’aout, à l’église d’Ansouis, en Luberon, où le groupe s’est constitué, en 2011.

Cette année là, la commune avait demandé à Philippe Franceschi, habitant d’Ansouis, et maître du chœur Antequiem, de préparer un récital de chants de Noël.

Le CD aura autant de titres que Jésus d’apôtres, et le disque sera disponible, bien entendu, pour les fêtes calendales. A écouter en montant la crèche, mais aussi à Pâques et à la Trinité. On ne s’en lassera probablement pas.

Voir aussi la vidéo du groupe Cor D Lus ici

Vendredi 30 Septembre 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.