Aquò d'Aqui


            partager partager

Cor D Lus, Noëls provençaux a capella aux arrangements modernes


Le groupe choral se constitue un répertoire de chants de fêtes en provençal. Il s’est créé autour d’un professeur de chant choral et d’un professeur de langue d’Oc.



Cor D Lus fera entendre ses chants provençaux de Calendas à l’Eglise des Observantins de Manosque, ce samedi 19 décembre à 11h. Le même jour on les retrouvera à Digne, salle de l’Atrium à la Mairie. Le lendemain, ils seront à l’Eglise de la Tour d’Aigues à 17 h. Le 15 janvier, ensuite, ils chanteront au Temple de la Masse, à 19h, à Aix-en-Provence. Et le 17 janvier on les écoutera à nouveau à Marseille, Eglise d’Endoume (1 rue des Pêcheurs, 13007).
 
Le groupe n’est pas vraiment éphémère, mais il chante essentiellement en période de Noël. « Tout est parti d’une demande de la commune d’Ansouis, dans le Luberon », explique Sébastien Cladère.
 
« L’idée était de donner un concert de Noël a capella » poursuit le jeune homme, « Et notre maître de chœur, Philippe Franceschi, a arrangé ces chants traditionnels d’une manière assez moderne ».
 
 

Philippe Franceschi, maître de chœur d’Antequiem, associé à Didier Maurell, un professeur certifié de provençal, à Sébastien et Vincent Cladère, et à Jean-Philippe Perdereau, a préparé cette rénovation du chant calendal en 2013.
 
Depuis, Cor D Lus s’est reconstitué pour deux autres Noël, et a gagné en qualité. On a récemment entendu la còla lors du Colloque de l’Association pour l’Enseignement de la Langue d’Oc, mi-novembre, alors que le groupe préparait sa tournée en Provence.
 
Quelques concerts à ne pas manquer entre mi décembre et mi janvier (photo MN)
Quelques concerts à ne pas manquer entre mi décembre et mi janvier (photo MN)

Mercredi 16 Décembre 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.