Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Concours de ciotadines…à La Ciotat


Ces poésies formées sur la base du nom de la ville portuaire, concourront le 6 avril prochain.



Frédéric Ganga (photo XDR)
Frédéric Ganga (photo XDR)
Frédéric Ganga est bien parti pour organiser le premier concours de ciotadinas, de petits acrostiches de huit vers dont la seule règle est que chaque vers doit commencer par une des lettres composant le nom de la ville : L-A-C-I-O-T-A-T ;
 
Nous venons d’en créer un, parfaitement absurde, pour la bonne compréhension de nos lecteurs :
 
Leis estorneus
Auràn pron de
Carchòflas e
Intraràn sens
Ortolalha nimai
Tafanhon, qu’esperaràn
Ambe vòlha que
Tatou acaba de cantar
 
Le poète qui se dit « Montmartrois ciotaden » organise le concours pour le 6 avril 2013, les bulletins d’inscriptions devant, eux, lui parvenir pour le 23 mars. Soit en écrivant àciotadine@voila.fr  , soit à  Association Zygo    12, avenue du maréchal Gallieni 13 600 La Ciotat.
 
Le concours est ouvert à la langue d’Oc, et les concurrents écriront dans la graphie qui leur plaît. Les prix seront remis le jour même à la bibliothèque municipale.

Samedi 2 Février 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.