Aquò d'Aqui



Où en es tu Aquò d'Aquí ?

Votre magazine continue... vous continuez avec lui ?

Votre journal continue sa publication, votre abonnement n'a pas été souscrit en vain. Et si la transition post Michel Neumuller n'est pas facile, une équipe bénévole veille à poursuivre l'œuvre commencée en 1987 : un journal indépendant, sociétal, pan occitan, et bilingue.

Chers amis lecteurs, et avant tout abonnés de notre périodique, vous recevrez sous peu le prochain numéro d'Aquò d'Aquí. Le travail et l'animation du rédacteur en chef Michel Neumuller ont pris fin sous leur forme salariée en avril, et la transition n'est pas si facile. Néanmoins, elle est en cours et va se traduire très vite par le prochain numéro de votre revue. 

Soutenez l'équipe qui désormais veille à vous servir, et à publier l'unique périodique de société en occitan.







Les articles les plus commentés







            partager partager

Christophe Castaner s’engage à pas mesurés pour l'occitan-langue d’oc


Seul candidat à avoir répondu au questionnaire du Forum d'Oc, la tête de liste de Notre Région Notre Fierté reste prudent. Il fera, oui, mais s’il ne rencontre pas d’oppositions sur le terrain.



Les réponses de Christophe Castaner sont souvent prudentes, mais montrent qu'il s'est intéressé aux données d'une problématique qu'il semble connaître (photo MN)
Les réponses de Christophe Castaner sont souvent prudentes, mais montrent qu'il s'est intéressé aux données d'une problématique qu'il semble connaître (photo MN)
Seul candidat aux Régionales de Provence à le faire pour l’heure, Christophe Castaner (Notre Région Notre fierté) a répondu à un questionnaire adressé aux candidats par le Forum d'Oc, qui réunit l'essentiel des associations historiques de défense de la langue régionale en Provence Alpes Côte d'Azur.
 
L’association de promotion et défense de l’occitan dans l’Académie d’Aix-Marseille, a adressé aux têtes de liste un questionnaire le 25 novembre dernier.
 
Le maire (PS) de Forcalquier qui emmène la liste composée de socialistes, radicaux, occitanistes, écologistes et diverses personnalités de gauche, a pris le temps d’une réflexion semble-t-il, car ses réponses apparaissent complexes.
 
S’il s’engage à faire traduire, une fois élu, en provençal les principaux textes votés par l’assemblée régionale, il reste prudent sur le fait de nommer un délégué (politique) et un chargé de mission (professionnel) dédiés à la langue d’oc. Il « traitera globalement la question de la culture dans les antennes locales de la Région ».
 
Il accordera une attention particulière à « la promotion de notre langue régionale », mais ne s’engage pas sur la demande du Forum d'Oc de garantir un budget minimal et ré-évaluable de 1M€/an. Les budgets alloués seront fonction de … financements croisés (de différentes collectivités, Ndlr) Toutefois, il s’engage à « sanctuariser le budget de la Culture »

Dans l'enseignement, si les partenaires sont d'accord

« Je peux vous assurer que nous chercherons effectivement à coopérer avec les rectorats pour assurer la promotion de la langue régionale » affirme aussi le candidat Castaner, en réponse à une demande de conventionner avec les deux Rectorats de la région.
 
A la question « lancerez-vous une enquête sur l’état de la langue d’oc, puis un plan de récupération de cette langue avec objectifs chiffrés, M. Castaner pense « réfléchir à une politique linguistique » après avoir croisé toutes les données disponibles sur le sujet. Pas d’enquête donc, mais un état des lieux d’éventuelles enquêtes déjà réalisées.
 
A propos d’une politique de la visibilité de la langue d’oc, ou occitan, la réponse à la demande précise du Forum d'Oc, reste également mesurée. « Assurer une visibilité à la langue dans la vie institutionnelle et notamment dans notre communication me semble être un objectif atteignable comme un signal visible de ma volonté » certes. Mais l’occitan dans les lycées n’entrerait qu’avec l’accord des chefs d’établissements.
 
Même mesure en ce qui concerne les actions éventuelles en matière de formation professionnelle et de formation des maîtres. « Ces mesures demandent des accords bilatéraux, avec partenaires concernés » modère M. Castaner ; « nous verrons comment peuvent être financées et mises en oeuvre des actions spécifiques de formation. La question de l’université sera également abordée dans le cadre partenarial qui reste à construire. »

Soutien aux médias en langue d'oc mais prudence sur la création ou l'adhésion à des structures de soutien à la langue régionale

La progression de l'occitan-langue d'oc dans les lycées ne se ferait qu'avec l'approbation des chefs d'établissements (photo Ben Leu DR)
La progression de l'occitan-langue d'oc dans les lycées ne se ferait qu'avec l'approbation des chefs d'établissements (photo Ben Leu DR)
S’il n’y a pas de mesure annoncée en ce qui concerne une politique d’introduction de la langue régionale dans le monde de l’entreprise, le candidat socialiste fait au moins assaut d’intentions : la « langue régionale m’apparaît comme un vrai garant de la démarche »... de « labellisations qui garantissent au consommateur des circuits courts et des produits sains ».
 
Il se fait néanmoins plus précis dans le soutien qu’il affirme vouloir apporter aux médias en langue régionale : de France 3 aux Nouvello de Prouvenço en passant par notre propre titre. Notre action s’inscrira dans cette logique » souligne-t-il « et des tours de table partenariaux permettront de définir ce qui doit être encore amélioré. »
 
Christophe Castaner consent aussi à associer les acteurs de la promotion de la langue régionale à une structure dont il ne dit pas toutefois directement qu’elle serait « spécifique à la promotion de l’occitan-langue d’oc » ainsi que le demande le Forum d'Oc. Cependant il fait un pas en ce sens en déclarant : « nous verrons comment fonctionnement les autres régions, ces assemblées me semblent être une bonne méthode d’action ».
 
Enfin, concernant la participation de Provence Alpes Côte d’Azur à l’Office de la langue occitane que viennent, avec l’Etat, de créer Aquitaine et Midi Pyrénées ainsi que plusieurs Départements, il reprend la demande –restée très discrète – de Michel Vauzelle, de la voir renommer en « Office Public de l’Occitan-langue d’Oc ». La réponse de M. Castaner, ici , est plus précise qu’ailleurs : « Si cet office respecte notre variété linguistique régionale, et je suis très attaché à la promotion des formes alpine, niçoise provençale de la langue régionale, et ne nous impose pas des conditions que nous ne pourrions accepter je ne vois pas de raison de ne pas coopérer avec l’Etat et les autres régions. »
 
A voir donc quel sera le destin de ces propositions, après le 6 et le 13 décembre.

Jeudi 3 Décembre 2015
Michel Neumuller





1.Posté par MICHAUD-JEANNIN le 10/12/2015 09:54
Ne laissez pas les socialistes se saborder dans notre région ! un seul parti conduit à la dictature !

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.