Aquò d'Aqui


            partager partager

Charradòcadissas libératrices de parole en òc

La Seyne


Ces soirées conviviales permettent notamment de progresser dans la pratique de la langue régionale.



"Leis aprentis an pas agut crenta de legir de tèxtes" nous dit Etienne Berrus, au sortir de la " Charradòcadissa " qui a réuni 35 personnes à la Maison du Patrimoine de La Seyne (83) vendredi 9 novembre 2012.

C'est une des vertus de ces soirées qu'organise régulièrement le Cèucle Occitan de La Seina, elles libèrent la parole en occitan-provençal. On ose se lancer, et ainsi on progresse dans la pratique de l'occitan, tout en renouvelant les liens amicaux dans l'association et la cité. 

Initiées voici deux ans, ces soirées permettent un partage de savoirs : historiettes locales, humour, toponymie, tout y passe, il s'agissait d'abord de voir l'occitan dans le français local, puis de transmettre tout simplement en langue régionale. 

Pari réussi sur la durée, puisqu'il y a une demande locale, et que - les discussions de notre profil facebook l'attestent - d'autres, ailleurs, commencent à se dire que l'initiative est suffisamment populaire et facile à mettre en oeuvre pour qu'elle fasse florés. 
On se lève, on se lance, et toujours en provençal, la conversation rebondit (photo Etienne Berrus)
On se lève, on se lance, et toujours en provençal, la conversation rebondit (photo Etienne Berrus)

Dimanche 11 Novembre 2012
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.