Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Cachez ces pays que l’Etat ne saurait voir


Avec l'émergence d'une métropole marseillaise dans un contexte de crise budgétaire, les territoires ruraux feront-ils les frais des recentrages européen et français?



Dans le grand maelstrom administratif et territorial qui, en France depuis 2013, déstabilise élus et collectivités locales, que deviendra la démocratie locale ? Aura-t-elle demain les moyens de générer un développement économique ou culturel parti de la base, de nos communes et de nos terroirs ?

La ruralité n'est pas dépassée, elle est la condition de notre avenir commun

Rien n’est moins sûr. 2013 et 2014 ont vu et verront l’émergence de « Métropoles », censément capables de résoudre les problèmes urbains et de jouer la partition de la concurrence dans la cour des grandes villes mondiales.
 
Un des résultats, en Provence, c’est que le Conseil Général des Bouches-du-Rhône pourrait ne plus exister, ou en tout cas être vidé de la plupart de ses compétences et de ses moyens. Que deviendra l’action sociale qu’il porte, à peu près seul ? Aucun décideur ne s’est penché sur la question, comme si la population la plus fragile ne comptait pas, ou plus.
 
Les Pays, cohérents quant aux territoires, souvent ruraux, et porteurs de projets territoriaux, sont eux aussi mis sur la touche. L’Etat les requalifie d’un sigle technocratique, les Pôles d’Equilibre et de Coordination Territoriaux. Symboliquement la négation du terme de « pays » est forte.
 
Par-dessus tout ça, l’Union Européenne ramasse ses crédits, en baisse, sur quelques points supposés plus essentiels : l’innovation, la recherche, l’industrie…tant pis pour les faibles : l’agriculture de montagne, les projets agro touristiques, le patrimoine…tout ce qui fait l’espoir des Pays, et mise le développement sur autre chose que l’activité capitalistique.
 
Quant au gouvernement français, mis à part l’obsession de prélever l’impôt et celle de réduire les dépenses publiques, on ne voit plus bien en quoi il jouerait un rôle dans le développement. On lui prête l’intention de réduire de plus de 10 mds€ ses dotations aux collectivités locales. L’annonce fatale n’interviendrait qu’après les élections municipales. Bien entendu.
 
Nous voici donc sur le chemin d’un appauvrissement programmé des territoires ruraux, qui rendra caduque toute initiative venue d’en bas.
 
Faudra-t-il voir ces lieux hors des grands centres d’activités s’approcher de la désertification humaine et n’attirer plus que ceux qui, déclassés dans une société effrénée, ne trouvent plus là qu’à se loger à moindre coût, loin des « centres » ?
 
Ces territoires refusent la mise à la marge, cherchent à aller de l’avant à leur rythme, avec leurs forces, à attirer de nouveaux venus qui respecteraient leur histoire. Ils sont aussi, à leur façon, porteurs d’innovation. C’est dans le Verdon (04) qu’est aujourd’hui expérimentée l’installation graduelle et mutualisée de néo-agriculteurs.  C’est autour de Veynes (05) que la solidarité envers les vieux isolés s’organise.
 
Ces pays viennent de se regrouper pour dire leur envie d’avenir.
 
Provence Alpes Côte d’Azur compte 12 pays constitués. Ils éditent un livre blanc, somme et synthèse de leur volonté d’avenir.
 
Nous en reparlerons très vite plus en détail.
 
En Provence, comme ailleurs, la ruralité n’est pas un à-côté. C’est là que se situe partiellement notre avenir commun. On y trouve en particulier le réservoir de terres de notre agriculture future, sans lesquelles on ne saurait nourrir la population demain, dans un monde qui détruit ses terres agricoles à un rythme effréné pendant que sa population continue de croître.
 
Encore faut-il protéger l’humanité qui y vit et maintient ces territoires debout. Sans elle, ils sont perdus. Avec elle, nos chances à tous sont préservées.

Mercredi 5 Mars 2014
Aquò d'Aquí





1.Posté par Frédéric Latil le 06/03/2014 20:53
"Quant au gouvernement français, mis à part l’obsession de prélever l’impôt et celle de réduire les dépenses publiques, on ne voit plus bien en quoi il jouerait un rôle dans le développement."
Je ne vois pas "l'obsession de réduire les dépenses publiques", mais plutôt l'intention annoncée de les réduire, mais pas n'importe où, surtout pas du côté des assemblées, des ministères, des députés, des sénateurs, des ministres et de la présidence !

"On y trouve en particulier le réservoir de terres de notre agriculture future, sans lesquelles on ne saurait nourrir la population demain, dans un monde qui détruit ses terres agricoles à un rythme effréné pendant que sa population continue de croître".
Mais les Chinois sont là pour produire et vendre tout ce que nous ne produisons plus !
Continuons !

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.