Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Bernat Jaussaud, un delegat regionau per la lenga d'òc


Provence - Le délégué régional est un élu des Hautes-Alpes. Il plaide pour une socialisation de la langue et recherchera les moyens de la rendre attractive, nous dit-il en exclusivité.



Bernard Jaussaud entendait l'occitan en famille, il cherchera à favoriser sa socialisation (photo MN)
Bernard Jaussaud entendait l'occitan en famille, il cherchera à favoriser sa socialisation (photo MN)

Conseiller général de Gap Sud (05) ce jeune quadragénaire est ingénieur, et travaillait pour une entreprise de sécurité. Elu sur la liste de Michel Vauzelle en mars dernier au Conseil régional Paca, il est le nouveau (et tout premier dans cette institution) délégué à la Langue et Culture Régionale.


Nous l’avons rencontré fin juin 2010 alors qu’il venait tout juste d’être nommé. Ses propos ne peuvent donc encore éclairer nos lecteurs que sur l’état d’esprit avec lequel il abordera cette délégation.


Beaucoup fondent l’espoir qu’il favorisera une politique de socialisation de l’occitan ; et au moins autant qu’il évitera les écueils d’un radicalisme étroit qui prétend détenir la vérité et rêve d’exclure les promoteurs de l’occitan.


La langue d'oc doit refléter la vie actuelle

Serez vous un délégué du patrimoine ou chercherez vous à favoriser une politique de socialisation de l’occitan ?

Il ne faut pas considérer la langue d’oc seulement comme un patrimoine des temps anciens, il faut encore lui donner un sens, une actualité. C’est ce que vous faites à Aquò d’Aqui pour autant que je sache, intéresser à l’actualité à l’aide de la langue d’oc. Elle doit être véhiculée autrement que par ses vecteurs traditionnels, que je respecte. Mais au-delà du folklore, il faut une visibilité universelle de la langue. Pour qu’elle vive, une langue doit être parlée, chantée, écrite, et refléter l’actualité politique, sociale et artistique. Elle doit s’inscrire dans la vie quotidienne.


J'essaierai de rechercher un consensus du monde associatif

Vous serez fatalement confronté aux demandes contradictoires d’un milieu associatif aux conceptions parfois radicalement opposées.  

L’enjeu est important et l’œuvre collective. J’espère que les dissensions seront mises sous le boisseau et que les acteurs penseront d’abord à ce qui est fédérateur. Quand à moi j’essaierai de rechercher un consensus. Déjà certains collègues d’autres collectivités locales m’ont contacté à ce sujet.

Si vous deviez donner une direction même vague à l’action que vous envisagez, ce serait ?...

L’exemple du breton, que je connais un peu, doit être considéré. Les traditions sont vives en Bretagne, et cependant la langue touche un large public parce qu’elle s’inscrit dans l’actualité d’une région moderne. Les Bretons ont su trouver des portes d’entrée pour leur langue, dont la plus évidente est la musique. Pour la langue d’oc, il faut trouver de multiples portes d’entrée et intéresser le public pour qu’il ait envie d’entrer.


Donner l'envie aux gens

Le Conseil Régional Paca, ce sont les lycées, enfin leurs murs…mais on y compte à peine 900 élèves en classe de langue régionale. Que pourriez vous faire pour améliorer cette situation ?

Bien sûr, le niveau de l’offre jouera sur la demande d’enseignement de la langue régionale. Mais nous devons aussi savoir si l’essoufflement que l’on constate dans les lycées n’est pas du à la réduction des priorités scolaires à l’approche du bac. Je pense qu’on doit provoquer chez les jeunes l’envie d’apprendre la langue, et ainsi susciter une demande. On n’imposera rien en la matière. Il faut que les gens expriment une envie, et qu’on essaie alors de leur donner des moyens sur cette base, même si on n’a pas à s’interdire d’agir par ailleurs.

ws321038_bernard_jaussaud.wma WS321038 Bernard Jaussaud.WMA  (5.3 Mo)


Mercredi 28 Juillet 2010
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.