Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Avec notre mensuel d'avril : Loi langues régionales et initiatives au pays

Loi Molac, Edition en oc, langage des siges et occitan, ils veulent faire de l'occitan un avantage professionnel, profs d'occitan de l'enseignement confessionnel, le parcours sans faute des écoles publiques de Saint-Sulpice-la-Pointe...


Ce numéro à haute teneur en informations et analyses arrive en période de basses eaux financières. Aussi nous demandons à nos abonnés d'en tenir compte - pensez à vous réabonner, et à vous tous d'y penser fort : s'abonner au mensuel c'est faire durable l'information d'actualité en occitan, et pour un petit prix.



Abonnez-vous dès maintenant pour le recevoir
Abonnez-vous dès maintenant pour le recevoir
Créer une maison d'édition et la consacrer d'une part aux auteurs de terroir qui disent celui-ci, et à la langue occitane tel est le pari réussi de Martine Prévot, que nous interrogeons ce mois-ci. Et que la fondatrice d'Edite moi pense en pédagogue ne nous déplait pas.

Dans ce numéro de mai, pourtant déjà très complet sur les enjeux portés par la loi Molac de protection des langues régionales et sur ses détracteurs comme sur ses soutiens, nous faisons la part belle aux initiatives qui cherchent à gagner ou satisfaire un public pour la langue occitane.

Ainsi de Priscilla Gil, la jeune professeure des écoles de Béziers qui traduit la Langue des Signes Françaises pour les occitanophones, et ce faisant initie les malentendants à la langue occitane. Elle utilise pour cela bien sur les réseaux sociaux.

Et Si nous vous convions à vous intéresser à l'univers des jeux vidéos avec Artur Patou, jeune étudiant qui révèle d'entrée de jeu des qualités rédactionnelles et un provençal au top, il n'en reste pas moins qu'une grande partie de nos articles ce mois de mai sont proposés en languedocien. Nous atteignons ainsi un bel équilibre entre provençal, languedocien, auvergnat et alpin d'oc, . Nous attendons de bonnes volontés gasconnes pour aller un peu plus loin !

C'est un fait, bien que les difficultés financières d'Aquò d'Aquí perdurent, le nombre de nos abonnés augmente sans discontinuer depuis un an. Plus 7% nous l'avons déjà dit, et peut-être plus quand la trésorière de l'association éditrice d'Aquò d'Aquí  aura actualisé ses statistiques. Mais nous savons déjà que pour bonne part les nouveaux abonnés vivent entre Bordeaux et Nîmes. 

Ne pas laisser les Occitans, où qu'ils vivent, orphelins d'une information d'actualité sociétale de qualité, voilà notre volonté.

Si nous pratiquions la réalité des prix, Aquò d'Aquí couterait trois fois plus cher. Mais nous ne voulons exclure personne de l'accès à un magazine occitan de qualité. Alors nous serrons la ceinture, et notre trésorière nous le rappelle souvent, nous assurons cette mission en marchant sur la corde raide. Il ne s'agit pas de perdre l'équilibre !

L'équilibre nous le maintenons grâce  à nos lecteurs ; rappelons qu'un tiers d'entre eux font un don, parfois modeste, parfois important, mais toujours bienvenu.

Nous vous donnons rendez-vous dans un mois pour notre numéro de juin, en espérant que nombre d'entre vous d'ici là auront choisi de faire plus soutenable Aquò d'Aquí, en choisissant de s'abonner. Ils pourront le faire en ligne de manière sécurisée, ou à l'ancienne en envoyant un chèque à l'adresse du journal.

D'avance qu'ils en soient remerciés.





 

Jeudi 29 Avril 2021
Michel Neumuller




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans l'Aquò d'Aquí de l'été...

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.