Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Avec Pécout sur les traces de géants

Dins lei piadas dei gigants, cinc cantaires pèr dire l'univèrs de Pécout, Kérouac Pasolini...


SAINT-BONNET. Avec pour guide Roland Pécout…Piadas dei gigants est conçu comme un voyage initiatique et poétique, sur les traces de Pasolini, Kérouac et quelques autres. Les cinq chanteurs impliqués régalent cette semaine le public des Hautes-Alpes.



Roland Pécout (photo MN)
Roland Pécout (photo MN)
Au milieu des années 1970 Portulan, récit d’un voyage vers l'Afghanistan nourri de mille impressions et réflexions sur l’altérité, laisse une empreinte profonde dans la génération occitaniste qui, les pieds bien rivés au sol du pays, se mettent à rêver d’un monde dans lequel l’autre et sa culture enrichissent notre conception du monde et de son avenir.
 
L’acte littéraire de Roland Pécout sera tout aussi fondateur que n’importe quel manifeste pour l’occitanisme, et aujourd’hui c’est ce qui émerge le plus sûrement de cette époque et de ses rêves, jamais évanouis.
 
La Compagnie du Lamparo a réuni cinq chanteurs pour manifester sur scène cette empreinte durable. « Dins lei piadas dei gigants » , ou pour aller vite « Piadas », c’est cet hommage chanté et actuel, non seulement  à la poésie de Roland Pécout, mais à ceux qui, dans la génération beatnik, font du voyage un acte de l’esprit autant que du corps.
 
Donc, Manu Théron (Lo Còr de la Plana),Damien Toumi (Tant que li siam), avec Geoffroy Dudouit , Guillaume Maupin et Thomas Georget (Cyrill Pellegrin, technicien son) proposent ce voyage initiatique à l’univers des Kérouac, Ginsberg, Pasolini, et bien sûr Pecout.

En montagne cette semaine

La semaine passée, ils ont lancé des notes d’essais dans divers lieux marseillais, comme Le Non Lieu et le Café Zoème, après une résidence à Saint-Raphaël. Et cette fin de semaine, les voici invités par le Festival du Chaillol, entre Ubaye et Champsaur. Ils s’y produisent quatre fois.
 
Intéressante démarche celle de l’équipe rurale et montagnarde de Michaël Dian. Ce pianiste classique mis à la tête de la petite équipe du Chaillol, doit veiller à apporter le spectacle vivant de qualité partout dans un département long comme un jour sans pain. A Lafaurie ou à Saint-Léger, les bons musiciens portant un projet de qualité doivent pouvoir rencontrer cinquante personnes dans leur village. La ruralité profonde n’est plus un obstacle à la rencontre culturelle.
 
« La musique dite occitane est inscrite dans notre projet, à partir du moment où elle est acte créatif et porte la qualité » nous disait-il en aout 2017, en marge d’un atelier de chant animé par Damien Toumi.
 
A voir ce que vaut la proposition artistique des quatre chanteurs ! C’est au plaisir de la découverte que son conviés les villageois des Hautes-Alpes. On les envie.


Jeudi 21 Février 2019
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.