Aquò d'Aqui


            partager partager

Arris policiers


Avec la fatigue de policiers mobilisés sans relâche, les bavures se multiplient. La société paie là aussi le désengagement budgétaire.



Amé lei Lèis d’excepcien, fau pas esperar una justicia dei bèlas. L’Estat d’Urgenci que s’aplica despuei la mitat de novèmbre pòu pas produrre fòrça bèn. 

Fillette blessée à Nice, Jazzman célèbre mais barbu arrêté...Les situations d'urgence ne peuvent s'éterniser sans dommages collatéraux

Li siam acostumats, lei servicis d’Estat devon provar que son eficaç. S’arèston pas de terroristas, li fau empresonar plen d’aquelei que, simplament, an pas l’astre de far veire la bòna figura. O de viure luenh d’un suspèct.
 
Es ansin qu’una dròlleta de Niça, maugrat sei sièis ans, siguèt nafrada dins una intervencien musclada dei policiers dau Raid, que placavan son paire au sòu davant ela. Vos diem pas lo trauma ! S’èron enganats, lei policiers, que devián desfonsar la pòrta d’a costat.
 
Se de celebritats, tau coma lo trompetista de jazz Ibrahim Maalouf, siguèron tanben arestat e tirassat jusqu’au pòste, puei empachat per de gabians dins son trin per Londras, d’anonims pereu patisson de simplament viatjar.
 
Es lo cas de Mikaël, qu’agachava un filme d’accien dins lo TGV entre Marselha e Rennes, de cotria am’un autre passatjier. D’autrei viatjaires l’avian trobat estrani. Lo vaquí entravat de manetas.
 
Se leis arris policiers se son multiplicats despuei que l’Estat d’Urgènci es aplicat, es ben lo resultat d’una mobilisacien sens relàmbis de policiers o gendarmes qu’apareisson totjorn que mai las, e que l’Estat n’a dessecar l’efectiu aquelei ultimeis annadas.
 
De confiar son trabalh ai dètz mil militaris mobilisats a l’ora d’ara sus lo territòri, semblariá pas una bòna idèa. Questien de gaubi.
 
Es de se demandar coma faràn per mobilisar de setmanas a-de-rèng aqueu monde sens  dramas, qu'a mai que d’un li fa paur.
 
Alòr lei terroristas petarián dau rire. « Mume pus besonh de nosautres ! » que se dirián.

Mercredi 2 Décembre 2015
Renat Mine




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.