Aquò d'Aqui

Lo Consèu Constitucionau enebis l’ensenhament immersiu d’une lenga regionala dins l’ensenhament public

Votée à une large majorité de députés le 8 avril, la loi Molac était contestée par des députés macronistes, appuyés concrètement par le ministère de l’Enseignement, JM Blanquer. Le Conseil Constitutionnel a invalidé la disposition majeure de la loi, et est allé jusqu’à nier le droit de parler sa langue dans un établissement public.

 

“Que modifican d’urgencia la Constitucion !” Es amb’aquela crida que Paul Molac, inspirator, redactor et defensor de la lèi qu’ara a son nom, a reagit a l’anoncia de l’avis dau Consèu Constitucionau, tombat aqueu matin dau 21 de mai.

Le Conseil Constitutionnel à l'œuvre (photo CC DR)

















            partager partager

Aquò d'Aquí retourne à l'école


L'Etat cherche à vider les classes de langues minoritaires, et en fait clairement des langues minorisées. A l'inverse des parents créent des écoles bilingues, dans l'enseignement public, ou pas. Et avec le soutien de leur commune, ou pas...



Ce mois de février Aquò d'Aquí sera reçu dès le début du mois par ses abonnés, avec un sommaire consacré à la transmission de la langue d'oc, ses difficultés dans le contexte d'un Etat destructeur, mais bénéficiant de  l'astuce et de la pugnacité des porteurs de projets et des professionnels.

Des parents qui ont porté un projet d'école bilingue dressent un mode d'emploi de la réussite

A ce sujet essentiel, sachez que notre magazine consacre un dossier de cinq pages aux projets d'écoles bilingues ou en immersion. Les porteurs de projets font part de leur expérience, pratiquement donnent un mode d'emploi, les élus qui sont entrés dans le jeu nous disent combien ils en profitent pour faire mieux partager la langue du pays par sa population, des professionnels nous donnent les bons plans, les erreurs à éviter, et d'autres, tel Marc Rivoira, nous expliquent comment former les enseignants, malgré les périodes de vaches maigres et, il faut bien le dire, la très mauvaise volonté de l'Administration.

Et puis il :

- ouvre une, non deux, pages d'histoire avec Felip Martel, pour évoquer ce polisson de Richard, dit "cœur de Lion", qui ne fut pas précisément un brave type affable, mais qui parlait occitan, surement mieux qu'anglais !

- s'intéresse à la différence entre langue et patois, et au rapport entre les deux, avec Jaume Costa...Mauvaise nouvelle, si ce rapport avait été mieux entretenu, le patois n'aurait pas disparu, et la langue n'aurait pas besoin d'être tournée sept fois dans la bouche avant d'être libérée.

- fait entrer l'Iran à Marseille, sans prêche et sans missiles, mais avec le terme le plus bavard du parler provençal. Mais chut ! Nous laissons la parole pour ça à Médéric Gasquet-Cyrus, qui se prend du coup pour Cyrus, l'autre, le Grand !

- Phavorin dessine à tout va dans ce numéro : bien entendu, oh ! frustration, le pauvre Naufragat ne quittera pas encore son île déserte, mais ce n'est pas un scoop. Notre dessinateur nous a aussi donné sa vision de la recherche de locaux pour projets scolaires en occitan...

Si son île n'était pas si petite, il pourrait toujours y chercher des herbes pour soigner sa mélancolie, Florence Faure-Brac lui donnerait des conseils.

- Nous évoquons aussi les Gilets Jaunes, les autochtones du Canada et une foule d'écrivain.e.s et d'artistes dans ce numéro. Si vous voulez lire et écouter, nous avons de quoi.

Et souvenez vous, sans votre abonnement, rien de tout cela n'est possible. Et des abonnés, nous n'en avons pas assez.

Vous les rejoignez ?Vite, vite, dans dix jours le journal sera chez eux. Pour le recevoir, foncez sur le site web et payez en ligne, ou utilisez le bulletin ci-dessous.

 

 



Mardi 21 Janvier 2020
Aquò d'Aquí




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de juin
Dison que...

Le Conseil Constitutionnel contre Toute la Loi Molac ?

Le Conseil Constitutionnel n'examine que l'article visé par la saisine, officiellement. Mais en sommes nous vraiment certains ?

Michel Neumuller

Le 22 mai au plus tard les membres du Conseil Constitutionnel auront rendu un avis sur la constitutionnalité du texte de loi, voté à une très large majorité le 8 avril au Parlement, concernant les Langues Régionales.

 

Que peut-on attendre des soi-disant “sages”. Sans doute rien de bon. Mais…




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.