Aquò d'Aqui


            partager partager

Aparaira d’abelhas




LA SEYNE. Isabelle Pybourdin se dit « protecteure d’abeilles ». Début juillet, elle les envoie se réfugier en Haute-Provence, pour cause de frelon asiatique.



Isabelle Pybourdin convainc divers établissements de donner refuges aux abeilles...et d'adopter leur miel (photo Service Communication La Seyne DR)
Isabelle Pybourdin convainc divers établissements de donner refuges aux abeilles...et d'adopter leur miel (photo Service Communication La Seyne DR)
Vòu pas parlar de brusc , mai ben de refugis per abelhas, Isabelle Pybourdin : un ensems de quatre bruscs que pòt laissar en vila, au Mont Faron de Tolon, entre Oliulas e La Seina, o dins lei bòscs dau Cap Cessié onte l’ONF li fa fisança… mai a l’ora d’ara sota lei pins lei trobaretz pas. Per part, sei bruscs seinencs s’endraian per lo plan de Pueimeisson (Puymoisson 04) per l’estiu. « Èra mon biais per aparar leis abelhas dau cabrian asiatic, que d’aquesta passa infèsta totei lei pinèdas ! » Lo tuaire vengut ambé la tèrra de plantas d’importacion chapla fins a septanta butinairèlas, leis abelhas s’estransinan, sòrton plus butinar, e lèu la Reina arrèsta de pondre.
 
Isabelle, uei va veire lei quauquei bruscs qu’aviá laissat sus la teulissa dau Casino Joia. Un luec curiós per faire lo mèu, que ? « L’i a de flors tot alentorn, e una fònt per l’aiga, que li es necessari ais abelhas. Es un bòn luec e lei bailes dau Casinò an escotat mon discors, tot parier d’aquelei dau Carrefour, e mai d’aquelei dau Leclerc ! Li observi son ròtle d’ecociutadan. Tastan lo mèu, aprenon a destriar lei gosts diferents… Se senton valoritzats, e l’amerita ».

Fa dètz ans, Isabelle, premier mestressa d’escòla, puei ensenharèla de management a l’Universitat, a laissat la carriera universitària per se virar a la natura, prendre suenh d’aqueleis pollenisarèlas indispensablas. Mai prendre suenh, es pas produrre. « Siáu pas pastra d’abelhas professionala, mai pedagòga e incondicionala ciutadana d’una Republica dau vivent. Lei bruscs, ne’n vòli pas de’n pertot :  es de mòda de plantar cavilha ai ciutats a l’ora d’ara, mai ne’n fau pas de tròp, autrament coma faràn leis abelhas fèras, solitàrias, que fan benlèu l’essenciau de la pollenisacion ? Per elei, cadun pòt ajudar, crear una sosta, que basta d’un tròç de bornèu ».
 
E de plaidejar ai Vilas, per pausar de bacs a flors tot simples de’n pertot : «  còsta ren mai es essenciau ! ».
Varoa, frelon asiatique, pesticides...l'abeille indispensable mais maltraitée (photo MN)
Varoa, frelon asiatique, pesticides...l'abeille indispensable mais maltraitée (photo MN)

Mardi 24 Juillet 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Aquò d'Aquí d'octobre arrive ...
Dison que...

Aqueu Var ounte “es mort lou prouvençau”

Mais oui monsieur le Recteur, le provençal est bel et bien enseigné dans le Var. D’ailleurs nous allons vous dire où...

Li grand founciounàri deurien bèn se faire acoumpagna per èstre segur de pas dire publicamen de contro-verita. Coumo per eisèmple afierma que dins Var lou prouvençau es mort, à l’escolo.

 




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.