Aquò d'Aqui


            partager partager

Ais prepausa uech operàs que quatre son de creacions


AIX-EN-PROVENCE. Le Festival international d'art lyrique d'Aix créera quatre opéras ou spectacles d'opéra, malgré un coup de chaud en 2015, avec la perte de son principal mécène.



Le directeur Bernard Foccroulle entre Mayse Joissains (Aix) et Christine Mirauchaux (Région). Il a perdu son principal mécène mais en a retrouvé un in-extremis (photo MN)
Le directeur Bernard Foccroulle entre Mayse Joissains (Aix) et Christine Mirauchaux (Région). Il a perdu son principal mécène mais en a retrouvé un in-extremis (photo MN)
Pas mens de uech operàs, e entre aquelei quatre creacions e comandas dau Festivau d’Art Liric d’Ais, vaquí l’escomessa d’aquela organisacion qu’a crebat l’uòu en 1948, e que, pasmens, a coneissut lei piègers engambis en 2015.
 
Aquel eveniment internacionau a perdut son partenari màger, esta annada, amé lo desengatjament de Vivendi, que sosteniá lo Festivau despuei .

Aqueu a poscut pasmens lo remplaçar per Altarea Cogedim, un promotor internacionau de centres comerciaus, ostalariás e autrei burèus.
 
Mai la crisi passa per aquí, que lo Festivau a reduch sei otís de comunicacion, coma lo CD qu’amolonava de musicas entendudas sus la scèna sestiana, que degun trobarà en 2015.
 
Am’un budget de 22,3 M€, qu’un gròs tèrç es pagat ‘mé leis entradas e la venda d’espectacles, es quand meme carmeme per 37% que leis ajudas publicas li permeton de viure e de jugar son ròtle, crear.
 

Quatre creaciens d'operàs o espectacles d'operàs

Jonathan Dove créé Le Monstre du Labyrinthe simultanément à Londres, Berlin et Aix (photo Lawrence Palmer DR)
Jonathan Dove créé Le Monstre du Labyrinthe simultanément à Londres, Berlin et Aix (photo Lawrence Palmer DR)
Justament 2015 serà una annada richa d’aqueu ponch de vista. A costat d’Alcina d’Haendel, dau Raubatòri au Seralh de Mozart, d’un Iolanta de Tchaïkovski, d’una Persefòna de Stravinski, e dau Pantai d’una nuech d’estiu de Britten, ara classics entre lei classics dau repertòri, Ais va crear mai d’un operà.
 
Amé Le Monstre du Labyrinthe, que se dona lei 8 e 9 de julhet, vaquí una òbra de comanda au compositor britanic Jonathan Dove, que serà d’alhors creada tanben en Anglatèrra e en Alemanha, dins tres lengas, e que sa tòca es de faire cantar lei amators de mai que d’un còr. A z-Ais, n’avèm ja parlat.
 
Amé Spectres, es la coregrafa provençala de tria Josette Baïz que metrà en movament cent dançaires e autant de musicians, per aquela revista de matagòts que vanegaràn entre leis univèrs musicaus de Britten, Crumb o Mozart, entre autres.

Omenatge ai festivaus dau Sud

Une soirée hommage au festival de Baalbeck, toujours debout malgré la guerre au Liban et autour (photo XDR)
Une soirée hommage au festival de Baalbeck, toujours debout malgré la guerre au Liban et autour (photo XDR)
Be with me now es un autre espectacle d’operà que pasmens ne’n es pas un, mai puslèu una escorreguda dins l’univèrs de l’operà europenc, am’ un argument interessant : lo prince Tamino (aqueu de la Flaüta Encantada) recèu una letra de rompedura. Pamina lo quita ! Decida alòr de tornar vèire totei leis luecs ont an viscuts de cotria de causas fòrtas.
 
Produccion de l’Acadèmia dau Festivau (son escòla de talents), Svadba (maridatge) es un operà per sieis votz de fremas, que cantan a cappella. Òbra d’Ana Sokolovic (una joineta naissuda en 1968), nos parla de l’ultima nuech de Micica, que se marida lo lendeman, e que va premier festejar entre colègas. Una dei tòcas d’aquel operà de chambra es de revisitar la musica folclorica est-europenca.
 
Fòra d’aqueleis operàs, òbras ancianas o creacions, aurem d’espinchar lei vespradas consacradas ais  autrei festivaus dau Sud, aqueu d’Essoira (Marròc) e de Baalbek (Liban), que li convida sa sòrre sestiana.

Mercredi 1 Juillet 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.