Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

A l’ora que las alabrenas sòrton dau bòsc


LA MOTTE-DU-CAIRE. La salamandre tachetée, propre à notre région, ou sa frangine terrestre plus commune, ne font plus partie des espèces réellement menacées. Le boisement qui prend place peu à peu de l’agriculture y est pour quelque chose, la pollution moins forte des eaux aussi. Pour le bonheur de Chloé, une élève de la Calandreta de Gap, dont les parents nous envoient cette image d’une rencontre heureuse.



"Elle  a pu rester un quart d'heure sans absolument bouger !" (photo Claire Buslig DR)
"Elle a pu rester un quart d'heure sans absolument bouger !" (photo Claire Buslig DR)
Son comunas mas chau las cerchar, las alabrenas . Se’n vesiá plus tan, entre las terras e los chamins que te tiran de’n pertot, sens parlar dels lotiments que florisson en plana coma en còlas.

« Aquela l’avèm suspresa dins un prat, dau costat de La Mota dau Caire. Nos a fach la mòrta un quart d’ora de lònja, que boijèt pas tot lo temps que l’avèm agachaa » nos ditz Syril. Amb Clara e sa filha Chloé, aquelos abonats d’Aquò d’Aquí se son regalats de veire una bèstia que signa lo bòn nivèu de biodiversitat d’un endrech.

Que manja tot plen d’insèctas e de vèrmes. Subretot au moment que sòrte de son ivernacion.

Salamandra tasselaa , o alabrena, tota jauna espoussetaa de negre, que se rescòntra qu’au nòstre, o salamandra terrèstra coma aquela, au contrari ben negra amb de jaune, e ben mai larjament europenca, la bèstia prospera mai aüra , benlèu perqué los bòscs ganhan mai sus l’agricultura.

Evitar las aigas afogaas per pondre

L’alabrena li agrada ben de viure en particulier dins los bòscs, ont se cercha una sosta, e se tròba pron de vèrmes per manjar. Las castanheas en particulier son favorablas a son espandiment.

« Aquela fasiá ben sos vint centimètres » que nos ditz Syril. « Maugrat que n’aiesso ja rescòntraas de mai grandas ». L’alabrena viu gaire sota los 400 m d’autura, e aquela se rescòntra pluslèu entre 500 e 800. Mai d’autras son adaptaas a las montanhas, coma l’alabrena negra, o aupencha.

Las alabrenas que sabon tant pron ben faire las mòrtas, s’alassan lèu quora devon s’eschapar. Adonc es pas rar de las veire se pausar, o planplanear . Mas au moment de cochar las femèlas, au contrari se boijan de’n pertot, d’autant mai que sabon pas ben destriar los mascles de las femèlas. Alora li chau cerchar, cerchar... Un còp format lo parèu, lo mascle se resquilha sota la femela e la pòrta dins un luec escondut. A aquela, li chaudrà puèi se cerchar lo caire calme d’un riu, e subretot evitar las aigas afogaas per pondre, non pas d’òus, mas de larvas.

« Mas a Chloé, li avèm parlat de la legenda que ditz qu’una alabrena pòl pas cremar ! » contunha Syril. La jova calandrona gapiana, quora agacharà lo darrier de las sartans de l’ostau, segur se’n rementarà !
Terroirs boisés et parcourus de ruisseaux avec des eaux calmes et non polluées, c'est le terrain favorable aux salamandres (photo MN)
Terroirs boisés et parcourus de ruisseaux avec des eaux calmes et non polluées, c'est le terrain favorable aux salamandres (photo MN)

Ecrit en occitan alpin (appelé aussi alpin d'oc ou gavot) avec l'aide bienvenue de Laurenç Revest.

Dimanche 3 Avril 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí d'octobre arrive... abonnez vous vite !

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.