Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

A La Seyne les traditions calendales se disent en provençal


Les Fêtes Calendales attireront les curieux de traditions jusqu’au 21 décembre. Pour l’inauguration, les auteurs d’expression occitane ont été mis à l’honneur, le 3 décembre.



L’austère Fort Napoléon, vestige des affrontements de 1793 durant lesquels le futur empereur se fit connaître, est tout plein de vie ces jours-ci. Samedi matin on y a lâché des colombes, à l’occasion des Fêtes Calendales, qui y sont organisées sous la houlette des Cigaloun Segnen. Sèrgi Bonfanti, le vice-président de cette Escolo Felibrenco, créée en 1933, nous y reçoit dans une des salles voutées, emplie de friandises made in Provence. Pour l’occasion, Martine et Marie ont revêtu le costume traditionnel  qu’elles ont-elles-mêmes confectionné.
 
De l’autre côté de la cour, une crèche animée attend toutes les demi-heures des visiteurs que l’organisateur n’hésite pas à aller alpaguer près de la cafette de plein air.
 
Encore une autre salle voutée, celle-là pleine de livres sur table et de toiles sur le mur. Figuratives, ou abstraites, elles s’intéressent à la mer, qui baigne un bout de plage à portée de lance-pierre depuis le Fort.

Les auteurs en langue régionale sous le projecteur

Le groupe vocal Jòia (photo MN)
Le groupe vocal Jòia (photo MN)
Le Ceucle Occitan de La Seina, ici, a décidé de favoriser l’écrit publié en provençal. Quatre auteurs ont répondu à l’appel : le prolifique Reinat Toscano, qui édite chaque année un nouvel opus. Il travaille actuellement sur une suite provençale de la Divine Comédie…Reinat Toscano, disons-le, est professeur d’italien tout autant que d’occitan, quand il n’écrit pas. Niçois d’origine il a créé un personnage de policier gastronome et curieux des cultures qu’il découvre, dans les HLM où il enquête généralement. Mais dans les commissariats que dépeint Toscano, on reçoit aussi la déposition des revenants…une littérature fantastique qui révèle mieux notre monde actuel, comme le révèle le vol des produits d’un moment sacré parmi tous, la fête de la saucisse, décor de son dernier petit ouvrage réjouissant.
 
Magali Bizot-Dargent, elle, sonde son passé familial pour y dénicher les traumatismes, nés des conditions sociales et politiques, autant que de destins parfois très sombres. Habituellement elle préfère l’humour primesautier de chroniques du quotidien ou le sourire se fait une place dans une société qui n’invite pourtant pas à l’optimisme. Elle vient ainsi de publier Minusculitats, avec l’aide de l’Institut d’Estudis Occitans 06.

Ecrivains d'Oc cherchent lecteurs dans désert culturel régional

Gérard Tautil, toponymiste très politique, peut vous dire comment et pourquoi la manière de dire le pays révèle la volonté d’effacer sa mémoire, ou au contraire de la faire émerger. Mais avec Psiquòsi au Palais, il a récemment compilé quinze ans de chroniques pour dire combien notre société masque ses réalités au risque d’y perdre sa démocratie. Ces jours-ci L’Harmattan publie son « Roman national français au défi de l’extrême droite »…A lire, probablement, avant de choisir comment voter en mai prochain.
 
Alain Andréoli est Seynois. Lui qui parle un niçois ratissé dans la rue, nous écrit en français un « Les passeurs de vie » aux Presses du Midi. En quelques dizaines de pages il vous met sur les traces d’un réfugié qui, fuyant la Libye, cherche les conditions de la Liberté en Europe du Sud, avant de choisir l’exil définitif.
 
Publier en occitan relève du saut d’obstacles, et ces auteurs soulignent à quel point, dans une Provence où le public capable de lire en langue d’oc se restreint, il est urgent pour les pouvoirs publics, d’agir afin de créer les conditions d’un renouveau.
 
Si lire en occitan n’attire pas un public fourni actuellement, l’entendre chanter reste populaire. Toujours au Fort Napoléon, le groupe vocal Jòia en a fait la démonstration, au cours de cette première journée.
 
Les Fêtes Calendales s’y poursuivront jusqu’au mercredi 21 décembre.
Lei Cigaloun Seignen organisent les Fèsto Calendalo (photo MN)
Lei Cigaloun Seignen organisent les Fèsto Calendalo (photo MN)

Mardi 6 Décembre 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.