Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

4% que li escortegan l’arma e l’aurelha


Avant de devenir un phare du parisianisme triomphant face au pacoulinisme provincial, la Tour Eiffel relayait des émissions radios, du soleil lutécien vers la périphérie nébuleuse du pays profond arriéré. A l’occasion de l’entrée, de droit, des langues régionales à la radio, un hebdomadaire Kulturel parisien a jugé bon de regretter cet abominable recul de la civilisation française.



Me rementi que lo jorn qu’an vòugut enquistar sus la joinessa francesa que s’enuiava, an fach l’esfòrç d’anar jusqu’a Puteaux cercar sei testimònis, pas mai. E quand ai legit son rendut-còmpte de la manifestacien per l’occitan de Tolosa, a la prima de 2012, èra aqueu d’un jornalista que trobava fòrça exotic aqueu monde que marchava per de lengas que degun parla.

Ne vous en faites pas...Si les radios doivent programmer des chansons en langues régionales, elles le feront à quatre heures du matin !

Dificile de trobar mai pretenciós qu’aqueu setmanier, a l’origina crestian que voliá dire la televisien d’un biais diferent, e la cultura tot parier. De crestian es devengut intellectuau parisenc, Télérama. E de sa tòrre d’evòri sei bailes escrutan una França que, vista de París, pòu que se resumir a la capitala  luminosa, e a sa província, aqueu nebulós territòri de pacolins totei pariers, onte ren que de mediòcre, mai talament atendrissent, pòu se debanar. Es una versien modèrna d’un Tintin au Congo au siècle XXI.
 
Segur fan d’excepciens. De còps que li a, un de sei jornalistas, feda esmarrada dins aqueu temple de la sufisença, auja faire son mestier en curiós-seriós. Aqueu, siegue l’i demorarà pas fòrça temps, siegue li ensertaràn lèu una torre Eiffel dins lo crani.
 
La cima de la sabenssariá, l’an benlèu tocada amé son darrier numerò, onte consacran quauquei linhas (subretot pas mai !) a la tota recenta Lèi que devèm a un elegit de Guadalopa, Victorin Lurel. L’ancian ministre (2012-2014) de l’Outramar a poscut esquilhar, dins la Lèi votada en julhet sus l’egalitat e la ciutadanetat, una dispausicien que farà bramar lei radiòs comercialas. Devràn, coma aquelei dau servici public, consacrar 4% de sei cançons ai lengas regionalas.
 
Se pòu pas dire qu’aquò li farà chanjar son biais de nos rompre leis aurelhas a fòrça de conariás e de musicas que devon vendre, mai enfin, lo conhet es tancat dins lo bòsc dur de la francofonia radiofonica estrecha, aquela que considèra pas lei lengas regionalas coma lengas de França… Fau dire qu’aquò es just la Constitucien que va ditz.
 
Coma siam dins un país onte lei Lèis et la Consitucien prevalon sus la grilha dei NRJ, Chérie e autrei radiòs d’aqueu tipe, benlèu que nòstra consòrre de Télérama devriá ne’n profiechar per prendre lo TGV gara de Lion e d’anar respirar un autre èr, aqueu de sa cara Província, o mume, sensa bolegar dau sieu, de s’interessar a la populacien parisenca que pratica l’occitan o lo breton. D’alarguir son agach li farà pas de mau, e podrà ne’n mercejar Victorin Lurel.
 
E que subretot se fague pas de marrit sang. Te’n fagues pas collèga ! Pòs li faire fisança ai radiòs de tota mena : lei 4% se ne’n despegolhiràn coma de sei ravans, entre tres e quatre oras dau matin, o au mitan dau mes d’avost, quand l’auditòri s’escafa per anar a la mar o a l’estrangier.
 
Siam en França, qué ! Li a totjorn mejan de negociar l’aplicacien de la Lèi. Encara qu’aquela, lei lobbyistas dei grops radiofonics arribaràn de ne’n escafar aquelei 4% avans que de la faire passar au Senat.
 

Dimanche 18 Septembre 2016
Renat Mine



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.