Aquò d'Aqui


            partager partager

20 mars au Rectorat d'Aix la communauté éducative proteste


AIX. Après le Forum d'Oc, voici l'Aeloc qui demande à tous les usagers de l'enseignement de manifester pour le maintien de l'enseignement de la langue d'oc au lycée. Les syndicats enseignants appellent à manifester devant le Rectorat d'Aix.

.



20 mars au Rectorat d'Aix la communauté éducative proteste
"La situation de notre langue dans l'enseignement est critique, chacun doit se mobiliser". C'est ainsi que l'Association pour l'Enseignement de la Langue d'Oc appelle, comme le Forum d'Oc voici une semaine, à participer au rassemblement intersyndical du mercredi 20 mars devant le Rectorat d'Académie à Aix-en- Provence.

L'association présidée par Mireille Combe, une des enseignantes qui a promut et accompagné un système original d'apprentissage continu du provençal dans les écoles publiques des Bouches-du-Rhône, fait valoir que la réforme du ministre Jean-Michel Blanquer met pratiquement fin à l'apprentissage des langues minoritaires de France au lycée.

Un système de cours optionnels ouverts ou pas selon les filières, une baisse des coefficients au baccalauréat et la suppression d'un grand nombre de cours, condamnent en effet la matière.

Au delà des lycées, impactés par cette réforme, c'est en cascade les autres niveaux d'enseignements qui seraient affectés peu à peu. Moins de cours, moins d'enseignants, moins d'élèves, pourrait on schématiser.

"Avec l'affaiblissement de la matière, nous assistons à l'affaiblissement de notre culture" disent les enseignants. L'Aeloc regroupe de deux à trois cents maîtres et professeurs, y compris retraités, mais aussi des parents d'élèves.

Ce sont d'ailleurs ces derniers que tente aussi d'attirer l'association: la communauté éducative est appelée dans son ensemble à se rassembler mercredi 20 mars. D'ailleurs le Félibrige lui-même en fait la demande à ses adhérents,  "pour demander l’annulation des décisions académiques les plus inacceptables". précise le mouvement mistralien.

Jeudi 14 Mars 2019
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.