Aquò d'Aqui



Où en es tu Aquò d'Aquí ?

Votre magazine continue... vous continuez avec lui ?

Votre journal continue sa publication, votre abonnement n'a pas été souscrit en vain. Et si la transition post Michel Neumuller n'est pas facile, une équipe bénévole veille à poursuivre l'œuvre commencée en 1987 : un journal indépendant, sociétal, pan occitan, et bilingue.

Chers amis lecteurs, et avant tout abonnés de notre périodique, vous recevrez sous peu le prochain numéro d'Aquò d'Aquí. Le travail et l'animation du rédacteur en chef Michel Neumuller ont pris fin sous leur forme salariée en avril, et la transition n'est pas si facile. Néanmoins, elle est en cours et va se traduire très vite par le prochain numéro de votre revue. 

Soutenez l'équipe qui désormais veille à vous servir, et à publier l'unique périodique de société en occitan.














            partager partager

Vendumia en famiho cu lou fa encaro ?



Mais où sont les vendanges d’antan ? Il y a trente ans les ouvriers possédant une vigne, c’était monnaie courante encore en Provence. Les successions et le mitage urbain du territoire ont eu la peau de ce raisin là ! Il vous faisait d’adorables piquettes à 9° pas plus, mais générait une solidarité familiale et des fêtes que n’aurait pas renié le brave Bacchus. Nous avons retrouvé un vestige de ce temps là, tout souriant dans les collines varoises.



Si le vin ne se vend plus, il reste une occasion de faire la fête une fois l'an (photo MN)
Si le vin ne se vend plus, il reste une occasion de faire la fête une fois l'an (photo MN)
 Uno bravo chourmo de vendumiaire amatour, alentour d’Evelino e de sa fiho Laeticio, soun ana cerca lei secatour e lei ferra, soun vengu puei ei souco per lei vendùmi, dóu temps que lei vièi de la famiho alestivon daubo o aïoli, o que saup pas encaro... Un quingenau de vendumiaire, mai plus ges de proufessiounau de la vigno, eron d’aquelo aventuro.
 
Au camin de Barban, au caire d’uno colo semenado d’oustau e de piscino, rèston quauqueis orto, e de vigno. Un siècle fa, tout èro a la famiho d’Evelino, Bonifay e Hugues que li disién. Uei n’en rèsto un ostau familiau, au mitan dei figuiero edi pin. E segur d’uno bèlo vigno. “N’en rèsto qu’aquelei uei cent mètro carra, e encaro a pau près parié de l’autre caire de la colo” que nous dis Evelino.

Pendant ce temps les minots s’en mettaient plein la figure

Une relique, on y faisait macérer le jus de raisin voici près d'un siècle (photo MN)
Une relique, on y faisait macérer le jus de raisin voici près d'un siècle (photo MN)
Lou  Cinsòu fa encaro de bon vin,  qu’a l’ouro d’aro s’alesti a la cououperativo de Sièis Four. Ejusqu’eis annado seissanto, tout se fasié pamens en  famiho, qu’avian d’aqueu temps dès ectaro de vigno, mai tambèn d ourtoulaio e de flour. Alor, avans que lou souleu dardaièsse, lo brave mounde, grand e pichoun, s’anè quèrre lou materiau per vendùmia .
 
« Me rementi dei cournudo qu’èron de fusto » dis encaro Evelino. « Falié sarra sei ciéucle per leis estanca ; per acò lei bagnavian per que s’estamiesson. Piei coumençavo la vendùmi, i avié aquelei que coupavon touto la soucado, e aquelei que passavon ‘mé lei canestèu fins a la tino. Alor èro de fusto, mai aro es de plastico, segur. Mai, nautrei, lei pichoun, lèu lèu, s’enanavian dins lei souco per se faire lei “ moustrouio, qu’aiours se dis “moustous”, valent a dire s’esquicha de raco sus lou mourre de l’autro !
 
Lei grand se recordon elei d’un temps que se tiravo subran lo desgrapa tre lei vendumiaire sourti dei faisso, e que se n’emplissié un mouloun de barrico e de boutarèu, avans que de finir, tirent l’aigo-ardent emé la raco que venié rebalhar lo fai-bouï. Tout acò es acaba. Barrico e tounèu soun remisa dins un vièi cubèrt, abandouna a l’un o l’autro, a l’asard d’un eiretage.
 
Es que dóu temps que la famiho abandounavo la tèrro per lei oubradou navau, lei vièi mouriguèron, e leis eiretage aparcelavon lou campèstre. Encuei, soun que quauquei camp au mitan d’un barri quasi urban.

Trop de normes et de règles pour continuer

D'une génération à l'autre, on passe raisin, savoir-faire, et sens de la convivialité (photo MN)
D'une génération à l'autre, on passe raisin, savoir-faire, et sens de la convivialité (photo MN)
Lou  Cinsòu fa encaro de bon vin,  qu’a l’ouro d’aro s’alesti a la cououperativo de Sièis Four. Ejusqu’eis annado seissanto, tout se fasié pamens en  famiho, qu’avian d’aqueu temps dès ectaro de vigno, mai tambèn d’ourtoulaio e de flour. Alor, avans que lou souleu dardaièsse, lo brave mounde, grand e pichoun, s’anè quèrre lou materiau per vendùmia.
 
« Me rementi dei cournudo qu’èron de fusto » dis encaro Evelino. « Falié sarra sei ciéucle per leis estanca ; per acò lei bagnavian per que s’estamiesson. Piei coumençavo la vendùmi, i avié aquelei que coupavon touto la soucado, e aquelei que passavon ‘mé lei canestèu fins a la tino. Alor èro de fusto, mai aro es de plastico, segur. Mai, nautrei, lei pichoun, lèu lèu, s’enanavian dins lei souco per se faire lei “moustrouio”, qu’aiours se dis “moustous”, valent a dire s’esquicha de raco sus lou mourre de l’autro !
 
Lei grand se recordon elei d’un temps que se tiravo subran lo desgrapa tre lei vendumiaire sourti dei faisso, e que se n’emplissié un mouloun de barrico e de boutarèu, avans que de finir, tirent l’aigo-ardent emé la raco que venié rebalhar lo fai-bouï. Tout acò es acaba. Barrico e tounèu soun remisa dins un vièi cubèrt, abandouna a l’un o l’autro, a l’asard d’un eiretage.
 
Es que dóu temps que la famiho abandounavo la tèrro per lei oubradou navau, lei vièi mouriguèron, e leis eiretage aparcelavon lou campèstre. Encuei, soun que quauquei camp au mitan d’un barri quasi urban.

Trop de normes et de règles pour continuer

En mai d’acò, « gaubeja uno vigno es devengu coumplica” apounde Bernat, l’ome d’Evelino : “Aro fau desclara la quantita produito, aquela qu’anan carreja, e encara poudèn vendemia qu’ai jour que nous ourdouno la cououperativo! Fau pas que plougue, que i aurié plus degun per vendumia”.
 
L’espandiment urba et la foulio nourmativo son a tua lo vin tradiciounau. Es verai que tiravo pas mai de dès degra, aquela bravo piqueto, mai coumo disié lou Joan Ferrat, te fasié mai que mai de centenàri, qu’avian pas l’alzeimer, estènt que jamai oublidavon de vendumia!
L'urbanisme a colonisé ces collines, et les vignes ont fait place aux piscines (photo MN)
L'urbanisme a colonisé ces collines, et les vignes ont fait place aux piscines (photo MN)

Samedi 29 Septembre 2012
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre 2023 a ouvert large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.