Aquò d'Aqui


La Langue d’Oc
dans le parler d’aujourd’hui

Connaissez-vous la signification de cette expression ?


Et patin coufin * :

A - n'oublie pas tes patins ni ton couffin
B - etcetera
C - coucou je suis là (expression enfantine)


Répondre


Qu'es aquò, qu'es aquò ? (11)

Les devinettes d'Andrieu Lagarda, en languedocien, sont un modèle de finesse.Vous essayez de trouver... et vous nous écrivez la réponse.


Vaquí la devinalha dau jorn

Qu'es aquò, qu'es aquò ? (11)
"Mai n'i a e mens pesa"

Qu'es aquò ?



 














            partager partager

Une première rencontre des chorales d’oc à La Seyne


LA SEYNE. Trois formations amateurs de belle qualité invitent le public le 27 février. Pour le Ceucle Occitan de La Seina, il s’agit de faire entendre toute la diversité d’un art vocal qui fait vivre le chant traditionnel tout en créant le futur répertoire traditionnel.



Au festival Cantar Lo País, en avril, Alain Andréoli (Ceucle Oc La Seina) et La Farigouleto de la Gardo étaient dos à dos pour le déjeuner. Ils seront côte à côte à l'Eglise Saint-Jean Baptiste de Berthe le 27 février (photo MN)
Au festival Cantar Lo País, en avril, Alain Andréoli (Ceucle Oc La Seina) et La Farigouleto de la Gardo étaient dos à dos pour le déjeuner. Ils seront côte à côte à l'Eglise Saint-Jean Baptiste de Berthe le 27 février (photo MN)
« Il y a plusieurs manières de continuer la tradition du chant choral occitan. Celle-ci ne s’est jamais éteinte et, modestement, nous essayons de la maintenir vive ».
 
Miqueu Tournan se consacre de plus en plus au chant choral, et le maître de chœur du Cercle Occitan de La Seyne va essayer de partager au mieux cette passion. Samedi 27 février la chorale du Ceucle invite en effet ses homologues Cardelina et La Farigouleto de La Gardo, à ce qui sera la première rencontre du chant choral d’oc à La Seyne.
 
Le curé de la paroisse Saint-Jean Baptiste de Berthe les accueille tous à 15h ce samedi-là, avec leurs différences. Quant au public, il entrera gratuitement.
 
Cardelina, qui vient du Pays de Fayence, se consacre plutôt au chant traditionnel d’oc, pendant que La Farigouleto, issue d’une école félibrenco de La Garde, promeut de son côté un répertoire plus focalisé sur la Provence.
 
Le Ceucle toutefois cultive une certaine originalité dans ce monde vocal. « C’est vrai, nous sommes inspirés par le monde autour de nous et par son actualité » reconnait Miqueu Tournan.
 
Lei Chantós, écrits par Gérard Tautil et mis en musique par le même Miqueu Tournan, en est un exemple. On y nomme par leurs noms ou leurs surnoms, ces ouvriers des chantiers navals dont la vie a été bouleversée en même temps que leur ville, en 1989, lors d’une fermeture dont le traumatisme n’est pas encore apaisé.

Création contemporaine, la musique trad de demain

Miqueu Tournan nous demande de ne pas dévoiler d’autres compositions, qu’il concocte actuellement avec des choristes du Ceucle, qui en ont écrit le texte. Mais ces chants apparaîtront bientôt. Ils parleront des moment forts de l’histoire locale, parfois familiale, et l’émotion sera au rendez-vous.
 
Toutefois, c’est certain, Lo Vent, un texte d’Alain Andréoli, une voix de basse du chœur, sera au programme du 27 février. Ce sera une création. Et bien entendu, Miqueu Tournan en signe la musique.
 
« Arranger les musiques trads d’une autre manière, et surtout apporter notre petite pierre à la création contemporaine, c’est ce que nous essayons de faire, sans prétention exagérée » veut souligner le maitre de chœur.
 
Dans son répertoire, le public, à l’Eglise de Berthe, pourra ainsi découvrir également une composition du chanteur trop tôt disparu Gaston Beltrame, « Egalitat ».
Une première rencontre des chorales d’oc à La Seyne

Lundi 15 Février 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Votre numéro d'été invite à respirer
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.