Aquò d'Aqui

Lo Consèu Constitucionau enebis l’ensenhament immersiu d’une lenga regionala dins l’ensenhament public

Votée à une large majorité de députés le 8 avril, la loi Molac était contestée par des députés macronistes, appuyés concrètement par le ministère de l’Enseignement, JM Blanquer. Le Conseil Constitutionnel a invalidé la disposition majeure de la loi, et est allé jusqu’à nier le droit de parler sa langue dans un établissement public.

 

“Que modifican d’urgencia la Constitucion !” Es amb’aquela crida que Paul Molac, inspirator, redactor et defensor de la lèi qu’ara a son nom, a reagit a l’anoncia de l’avis dau Consèu Constitucionau, tombat aqueu matin dau 21 de mai.

Le Conseil Constitutionnel à l'œuvre (photo CC DR)

















            partager partager

Una peticion per contestar la reforma dei licèus


Une pétition en ligne appuie le rassemblement des enseignements de langues minorisées en France. Celui-ci est prévu pour le 30 novembre à Paris.



“Au ponch de feblèssa d’ara, es sa subrevivència qu’es en juec” que ditz la peticion en linha que vèn de lançar un collectiu de “Mobilisacion Per que Viscan Nòstrei Lengas”. E tre lo lançament anava lèu ai tres milas signaturas.

 

E de precisar : “son l’occitan-lenga d’òc , lo breton, le còrsa, lo moselan, lo flamand occidentau, lei lengas d’oil e creòlas...” sens en oblidar una dins lo ventalh dei reconeissudas par la Delegacion Generala au Francès e ai Lengas de França… totei “amenaçadas de passar per uelh ”.

 

E de pausar l’afaire au nivèu dau drech internacionau : “l’Estat francès, en despiech de mantunei condemnacions per l’ONU contunha son òbra de destruccion dau patrimòni immateriau milenàri...”

 

Aqueu collectiu sosta la crida de dos deputats : lo parlementari francès breton Pau Mollac, e l’europenc còrsa François Alfonsi, que recampèron au debut d’octòbre l’ensems deis associacions de defensa dei lengas minorisadas en França. De l’acamp a destapat l’idèa d’una manifestacion sota la finèstra dau ministre Jean-Michel Blanquer, lo 30 de novèmbre dins la matinada.

 

Sa reforma engatjada a l’autona de 2018, autorisa lei caps d’establiments a renonciar au cors de lenga regionala, parteja lo territòri entre aquelei que pòdon ne’n organisar un o non, e davalora fòrça lo coeficient de la matièra au bacheleirat, assecant com’aquò la fònt d’escolans que l’i venián fin qu’ara.

La peticion pòu èstre signada aquí

 


Mercredi 23 Octobre 2019
Michel Neumuller





1.Posté par Trouillet le 25/10/2019 14:13
Sauvegarde des langues de France

2.Posté par GRIVEL le 28/10/2019 08:21
Soutien à ce mouvement !!

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de juin
Dison que...

Le Conseil Constitutionnel contre Toute la Loi Molac ?

Le Conseil Constitutionnel n'examine que l'article visé par la saisine, officiellement. Mais en sommes nous vraiment certains ?

Michel Neumuller

Le 22 mai au plus tard les membres du Conseil Constitutionnel auront rendu un avis sur la constitutionnalité du texte de loi, voté à une très large majorité le 8 avril au Parlement, concernant les Langues Régionales.

 

Que peut-on attendre des soi-disant “sages”. Sans doute rien de bon. Mais…




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.