Aquò d'Aqui


            partager partager

Una opèra en arabi e francès a-s-Ais


Oudiste palestinien vivant en Provence, Moneim Adwan, né en 1970, proposera au Festival d’Aix 2016 un opéra de poche basé sur des contes classiques, chantés en arabe, avec textes parlés en français.



Una opèra en arabi e francès a-s-Ais
Lo compositor e odista palestinian Moneim Adwan serà a l’aficha dau Festivau d’Art Liric sestian est’estiu. Am’un librion dau Sirian Fady Jomar (que viu ara en Alemanha), lo musician, eu sestian despuei quauqueis annadas, a adaptat per la scèna lo Kalîla Wa Dimna, un recuelh qu’acampa mai que d’un cònte tradicionau.
 
Seriá, aquela òbra classica arabi, una dei fònts de l’òbra de La Fontaine. E nos parla mitat dei bèstias, mitat de l’òme…Mai en literatura dau cònte, l’un e l’autra son pas sens anar de cotria.
 
Aquela creacien dau Festivau sestian, serà jogada amé cinc instrumentistes, sota direccien musicala de Zied Zouari. Odista, Moneim Adwan li jogarà tanben. Lo Festivau prepausarà aquela òbra lo divèndres premier de julhet 2016 a 17h, e lo dissabte 2 a 20h, sala dau Bois de l’Aune, a-s-Ais.

Mercredi 20 Janvier 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.