Aquò d'Aqui


            partager partager

Una bomba « provençala » au centre fiscau sestian


AIX. Le Centre des Impôts d’Aix-en-Provence a essuyé une explosion le 22 janvier à 4 h du matin. Un « Front de Libération Nationaliste de Provence » y a laissé sa signature. L’incident fait suite à d’autres, survenus dans le Var voici un an.



Fermé pour cause d'explosion, le centre des impôts avait subi l'explosion d'un engin artisanal; les dégâts ont été minimes (XDR)
Fermé pour cause d'explosion, le centre des impôts avait subi l'explosion d'un engin artisanal; les dégâts ont été minimes (XDR)
Quauquei vitras esbrigadas e un grafiti quasi escafat, leu escrich per anonciar l’òbra d’un Front de Liberacien Nacionalista de Provença (ce que se pòu devinar amé lo sigle, leu marcat), e dos policiers que canejan la lèia d’accès au Centre Fiscau d’Ais-de-Provença, vaquí ce que se podiá veire detz oras après qu’una bombeta ague petada dins la nuech de dimars a dimècres 22 de janvier 2014.
 
Despuei la prima de 2013, aqueu grope, se s’agis ben dei memei desconéissuts, aviá pas fa parlar d’eu. Veniá de faire petar una tiera d’engenhs davans lei vitrinas d’agèncis bancaris, o de viatges, dins lo Var Aut e centrau, amé de slogans per dire que la Provença èra una mena de colonia.
 
Dins l’après dinnada, es lo Partit Occitan qu’a condemnat aquela accien « que mete tanben en dangier de fonccionàris e una populacien pròcha » qu'a dich dins un comunicat.
 
Aquel eveniment, mai d’un observator l’aurà sotalinhat, s’es debanat a l’intrada d’una jornada importanta per lei regionalistes, bòrd que deviá s’i debatre a l’Assemblada Nacionala de la signatura de la Charta Europenca dei Lengas Regionalas. E se degun a encara parlat de provocacien, l’idèa grelha.

Mercredi 22 Janvier 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.