Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Tres temptatius terroristas dins Var despuèi janvier


DRAGUIGNAN / BRIGNOLES. Trois engins explosifs dans le Var, dont un a éclaté, sont liés à des inscriptions faites dans un provençal approximatif. Y-a-t-il une action armée nationaliste contre le monde immobilier et financier, ou l’emploi par des personnes aux motivations inconnues, de signes extérieurs de provençalité ?



L’eveniment sembla talament en defòra de tota tradicien revendicativa regionalista qu’a espantat, o meme qu’a gelat mai que d’un mes tota reaccien d’aqueu costat. Pasmens dins un comunicat lo Partit Occitan vèn de dire clarament que « aquélei que s’imagínon que l’estrategia de la tension es…la draia de seguir s’engànon lordament ». Es signat de son president provençau, lo conselhier regionau Arvei Guerrera.
 
Per lo biais de sa « marca » regionala de Region Provença, lo PÒC segur estima qu’es temps per eu de far saupre que tota mena de terrorisme es en defòra tant de son istòria coma dau camin qu’a causit per regionalisar : preferísson la draia democratica per arribar a la « Seisena Republica », que véson federalista.
 
A l’origina d’aquela presa de pausicien, i a la tièra d’assais de far petar –o solament d’avisar qu’es dins sa possibilitat – d’un grop que si dién Front Nacionau de Liberacien de Provença, quora es pas Front de Liberacien Nacionala de la Provença, o au mens es coma aquò que lo podriam escriure en grafia classica.
 
Aquélei desconeissuts si son manifestats premier lo 21 de janvier de 2013, quora un engenh explosiu foguèt descubèrt pròche d’una agència immobiliària de Gareut, au sud de Brinhòlas. Subran lo Parquet anti-terrorista de Paris es sasit de l’afaire. Es que siam au bèu mitan de la guèrra dau Malí. L’engenh siguèt depausat còntra una pòrta, onte èra marcat « FNLP ». Alora degun saup çò que vòu dire. Lo personau d’una bolenjariá, d’una agéncia immobiliària e d’un florista pròches son evacuats.
 


Revendicaciens amé grafias borroladas

Segond acte, dins la nuèch dau 22 au 23 de mars 2013, a la periferia de Sanari, aqueu còup. Mai greu, bòrd que l’engenh peta còntra la vitrina d’una autra agéncia immobiliària. Aqueu còup es escrich « FLNP » en luec de « FNLP » coma a Gareut. E a costat « Prouvenço Libra ». Li aurà degun de nafrat.
 
Tresen còup, lo sièis de mai, un diluns, a Draguinhan, davant una agéncia bancària.  E aqueu còup es lo retorn dau sigle « FNLP ». Exit « FLNP ». La Polícia Judiciària de Tolon e la Sota Direccien de l’Anti Terrorisme dau Parquet de Paris un còup de mai son sasits.
 
Levat d’una assai de borrolar lei cartas de la part dei pausaires de bombas, fau examinar un pauc son biais d’escriure sa revendicacien. Utilisèron a Sanari una bèla mescladissa grafica : lo mistralenc « Prouvenço » d’un costat, e lo classic - am’una deca « Libra » de l’autre. Nòstrei legèires sàbon que « libra » es, siegue una libertat presa amé la paraula normativa « liura », siegue un biais de dire locau qu’escapariá a nòstra coneissénça.
 
S’aqueu biais d’escriure es pas conscient de sei decas, es beleu alora tot simplament que lei pausaires sàbon pas la lenga, au mens escricha, levat de l’aver entenduda, o legida sensa vertadiera atencien. De tot biais s’es verai que « quau ten la lenga tèn la clau » siam pas encara lèsts de durbir la pòrta de la veritat sus aquel afaire .

Mardi 14 Mai 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.