Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Un lapin monégasque curieux


MONACO. Le professeur d'occitan vivaro alpin Laurenç Revest est aussi un linguiste impliqué dans l'illustration du monégasque. Il publie un recueil de contes dans cette langue.



Professeur d’occitan à Menton et autour, Laurenç Revest, on le sait moins, fait partie des conseillers de l’Académie des langues dialectales de Monaco. Sollicité par ses collègues il s’est «amusé à écrire des contes, de pures créations, ainsi que cette histoire d’un lapin qui s’échappe pour voir le monde ». L’enseignant auteur d’une thèse sur les parlers vivaro alpins, docteur en linguistique, publie donc ce Nipal : Sturiëte d’u lapinotu fürbu, chez EGC, vendu 10€. Ces 18 pages d’historiettes conviendraient en particulier à un public scolaire des classes élémentaires.

 

Rappelons que dans la Principauté, le monégasque, un genoves évoluant au contact de l’occitan, est enseigné dès le primaire et jusqu’en quatrième à Monaco. Le cours d’une heure tous les quinze jours est obligatoire, depuis que Rainier III a souhaité favoriser l’usage de l'idiome historique de la Principauté, à partir de 1976 pour la fin de l'école primaire, et pour le secondaire depuis 1998. Il y était auparavant optionnel.

 

« Le monégasque est un genoves qui a évolué vers l’occitan, et si je devais résumer je dirais que le vocabulaire de la terre est occitan, alors que la syntaxe et les conjugaisons sont genoves » explique l’auteur.


Vente directe auprès de l’Académie. Paiement en Euro € par chèque bancaire français ou virement (RIB sur demande). Expédition en emballage soigné. Frais de port en sus : consulter au préalable par courriel.

Vendredi 8 Octobre 2021
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.