Aquò d'Aqui


            partager partager

Un congrès pour la langue d’oc et son rapport aux territoires ruraux


FORCALQUIER. Le congrès du Forum d’Oc s’empare de la question le 14 octobre. Prévoyez donc votre journée à Forcalquier.



Les Cantejadas à Digne, en mai 2016, un réamorçage de l'enseignement de l'occitan ? Deux mille personnes viennent entendre les écoliers chanter en provençal (photo MN)
Les Cantejadas à Digne, en mai 2016, un réamorçage de l'enseignement de l'occitan ? Deux mille personnes viennent entendre les écoliers chanter en provençal (photo MN)
Rares sont les collectivités qui, en Provence, tentent de penser un renouveau de la langue d’oc. Elles peuvent satisfaire des demandes ponctuelles, c’est le sens des – rares – politiques de bilinguisation des noms de rues, qui veulent rappeler sans plus une part de l’identité locale.
 
L’ignorance le partage le plus souvent avec la coterie associative. La construction d’un centre de combat contre l’occitanisme  à Cheval-Blanc en est l’exemple provençal. 500 000 € en investissement, et probablement 150 000€ en fonctionnement annuel pour satisfaire des crieurs à la grosse voix, appauvrissent les associations dont les projets irrigueraient le territoire.
 
Des « Etats généraux » en cours n’ont pas encore rendus leurs conclusions. Certes il faut espérer de ce côté-là. Mais pour l’heure, seul le Département des Alpes-de-Haute-Provence a tenté de penser un avenir pour le provençal alpin.
 
Une délibération suivant une concertation associative, y fait la part belle au soutien à l’enseignement de la langue. Encore faut-il que l’Education Nationale suive, ou accompagne. 

Les projets associatifs y sont aussi menés dans le but de rapprocher la population locale de sa langue historique.
 
C’est en tout cas en reconnaissance de cette volonté que le Forum d’Oc tiendra à Forcalquier son congrès annuel le samedi 14 octobre. Ce Forum, réunion des principales associations de promotion de notre langue, réfléchit sur le thème des politiques publiques en faveur de la langue régionale depuis 2014. De nombreuses collectivités locales provençales y adhèrent.
 
Les élus départementaux et locaux et les intellectuels qui pensent le rapport langue-territoire devraient y échanger utilement, entre gens concernés.
 
Et votre journal, qui vous invite à participer à ce moment important, vous en rendra compte par la suite.
 

Mercredi 20 Septembre 2017
Renat Mine




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.