Aquò d'Aqui


            partager partager

Un congrès pour la langue d’oc et son rapport aux territoires ruraux


FORCALQUIER. Le congrès du Forum d’Oc s’empare de la question le 14 octobre. Prévoyez donc votre journée à Forcalquier.



Les Cantejadas à Digne, en mai 2016, un réamorçage de l'enseignement de l'occitan ? Deux mille personnes viennent entendre les écoliers chanter en provençal (photo MN)
Les Cantejadas à Digne, en mai 2016, un réamorçage de l'enseignement de l'occitan ? Deux mille personnes viennent entendre les écoliers chanter en provençal (photo MN)
Rares sont les collectivités qui, en Provence, tentent de penser un renouveau de la langue d’oc. Elles peuvent satisfaire des demandes ponctuelles, c’est le sens des – rares – politiques de bilinguisation des noms de rues, qui veulent rappeler sans plus une part de l’identité locale.
 
L’ignorance le partage le plus souvent avec la coterie associative. La construction d’un centre de combat contre l’occitanisme  à Cheval-Blanc en est l’exemple provençal. 500 000 € en investissement, et probablement 150 000€ en fonctionnement annuel pour satisfaire des crieurs à la grosse voix, appauvrissent les associations dont les projets irrigueraient le territoire.
 
Des « Etats généraux » en cours n’ont pas encore rendus leurs conclusions. Certes il faut espérer de ce côté-là. Mais pour l’heure, seul le Département des Alpes-de-Haute-Provence a tenté de penser un avenir pour le provençal alpin.
 
Une délibération suivant une concertation associative, y fait la part belle au soutien à l’enseignement de la langue. Encore faut-il que l’Education Nationale suive, ou accompagne. 

Les projets associatifs y sont aussi menés dans le but de rapprocher la population locale de sa langue historique.
 
C’est en tout cas en reconnaissance de cette volonté que le Forum d’Oc tiendra à Forcalquier son congrès annuel le samedi 14 octobre. Ce Forum, réunion des principales associations de promotion de notre langue, réfléchit sur le thème des politiques publiques en faveur de la langue régionale depuis 2014. De nombreuses collectivités locales provençales y adhèrent.
 
Les élus départementaux et locaux et les intellectuels qui pensent le rapport langue-territoire devraient y échanger utilement, entre gens concernés.
 
Et votre journal, qui vous invite à participer à ce moment important, vous en rendra compte par la suite.
 

Mercredi 20 Septembre 2017
Renat Mine




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.