Lycées : à l’offensive !

Ce dimanche 17 février à Toulouse, l'ensemble des défenseurs et promoteurs de l'occitan à l'école se rassemble place du Capitole, et réclame le maintien de tous les enseignements de la lenga nòstra. Un plan de reconquête est indispensable.

Dans les plans organisés du gouvernement, les services publics ne doivent plus rendre service aux publics, mais coûter le moins cher possible. Voilà la nouvelle règle.






            partager partager

Troubadours auvergnats entre rigueur et émotion


Flor Enversa s’intéresse à la riche composition des troubadours auvergnats. Avec leur dernier CD nous assistons au travail de musicologues investis qui se montrent artistes accomplis.



Flor Enversa : Domitille Vigneron, Thierry Cornillon, Olivier Féraud (photo XDR)
Flor Enversa : Domitille Vigneron, Thierry Cornillon, Olivier Féraud (photo XDR)
En 2014, Flor Enversa nous avait étonnés par un travail de musicologue doublé d’une interprétation de bel intérêt. Il s’agissait alors de présenter au disque les chants de Blacas, troubadour guerrier provençal, jusqu’alors peu exposé.
 
L’hiver dernier le groupe formé par Domitille Vigneron (cordes, vielle et chant) et Thierry Cornillon (vents et chant), avec Olivier Féraud (cordes et vielle) a récidivé, cette fois pour faire entendre les troubadours auvergnats.
 
Les trois artistes conçoivent les instruments, sur documents d’époque. Ils planchent sur les manuscrits disponibles à la Bibliothèque Nationale de France, et à  l’Ambrosiana. Un remarquable travail sur l’interprétation, nous restitue autant que possible l’époque. La démarche savante ne se traduit pas ici par une illustration platement démonstrative. Flor Inversa estime que les soirées au château, fin du XIIè siècle, réunissaient un public qui voulait être séduit, s’émouvoir, s’amuser. Merci d’y avoir pensé.
 
Nous sommes ici au cœur de la fin’amor. En témoigne Ponç de Capduelh, mort vers 1220. Il avait toute sa vie chanté Azalaïs de Mercuor. Na Castelosa est une autre belle dévouverte. La trobairitz, était, elle, mordue d’Arman de Breon. D’elle on dira : « èra mout gaia e mout ensenhada e mout bèla », pas moins !

Les voix de Domitille Vigneron et de Thierry Cornillon donnent à la fois l’ampleur et l’intimité voulue pour ce concert ancien. Nous apprécions qu’avec eux l’occitan parlé soit compréhensible. 
 

15€ / CD Alvernha + 3€ de port pour la France (quel que soit le nombre de CDs). Par chèque à l'ordre de "Compagnie de la Hulotte" :  Domitille Vigneron - Flor Enversa / 16 rue Denis Papin / 93500 Pantin (France). Préciser nom et adresse, mail et téléphone.

 

Mercredi 23 Août 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Nous comptons sur vous pour février !
Dison que...

MJ Verny : "sans moyens pour l'occitan pas d'enseignement"

La présidente de la Fédération des Enseignants de Langue et Culture d'Oc, Marie-Jeanne Verny, ne croit pas aux bonnes paroles ministérielles. Pour elle postes et dotations horaires sonneraient concret.

La réforme des lycées relègue t’elle toujours l’enseignement de l’occitan dans le domaine de l’optionnel pur ?
Lors de notre dernier rendez-vous au ministère, le 7 février, un conseiller nous a assuré que l’occitan pourrait rejoindre les enseignements de spécialité ; disons nettement que cela reste virtuel. 
MJ Verny :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.