Quarante ans après les Calandretas toujours vives

Le mouvement enseigne en occitan, avec les méthodes Freinet. Il ouvre les portes des écoles languedociennes ce samedi, et nous isolons deux établissements que vous pourriez aider à remplir leur mission.

Donnait-on cher de la peau de l'enseignement d'immersion en occitan, en 1979, quand le mouvement des Calandretas est né ?
Quarante ans après les Calandretas toujours vives






            partager partager

Tapiró, un pintre catalan a Tanger

Le Musée National d'Art de Catalogne propose une rétropesctive à Barcelone


BARCELONA. Si la précision du trait et le chatoiement des couleurs caractérisent l’œuvre de Josèp Tapiró, il fut aussi un des rares peintres orientalistes à vivre au Maroc. Son œuvre s’attache donc mieux que ses pairs à dire un pays. Le Museu Nacional d’Art de Catalunya (Montjuich, Barcelona) lui consacre une très belle exposition.



Tapiró, Fête des Issawa, en 1885 (coll. part.)
Tapiró, Fête des Issawa, en 1885 (coll. part.)
Au lòng dau siècle XIX un molon de pintres viatgèron au Magrèb o en Egipte. Segur qu’aquélei « orientalistas » èron desirós de fugir un monde occidentau que la Revolucion industriala gastava, per élei. La colonisacion pereu li durbissiá un novèu monde. Delacroix, puei tota la tiera d’aquarelistas talentós coma Henri Rousseau o Simon Bussy anèron en Argeria, Tunisia o Marròc, bòrd que la França leis aviá conquistats. E leis Espanhòus, élei, anèron au Marròc, per lei mémei rasons.
 
Enfin, foguèt per elei un vertadier mercat. Mentre tótei fau destriar lo Catalan Josèp Tapiró (1835-1913) que lo Museu Nacionau d’Art de Catalonha li consacra una bèla mòstra. Per aquélei que l’aniran vèire, auràn l’escasença de comparar son òbra am’aquélei dei pintres viatjaires de son temps.
 
Eu, plantèt cavilha , es la diferéncia dei gròssas. E s’interessèt segur a la beutat dei chatas vestidas per la fèsta, mai tambèn ais ermitans e àutrei romieus o apòstols musulmans de l’una o l’autre sècta qu’avián alora d’importància.

Tapiró - Le Morabite (coll. part.)
Tapiró - Le Morabite (coll. part.)
Per aqueu pintre que restava a Tanger, la guèrra ispanò-marroquina de 1859-60 endralhèt tota una pensada que la nostalgia d’un monde perdut, l’Al Andalús, fach d’entenduda entre lei pòples, s’i mesclava amé lo romantisme pròpri a son epòca.
 
Mai aqueu passat de fantasiá venguèt am’eu se confrontar a la realitat tala que la podiá vèire. Ansin vesèm amé sei telas de nistons marroquins s’adestrar a la guèrra per juèc. An un moment que s’alestissián lei revòutas saunosas de nacionalistas, embugats de l’idèa religiosa, còntra leis infideus colonialistas.
 
Tapiró foguèt segur pas lo solet pintre catalan au Marròc, que Jaume Batlle o Josèp Serra Porson li trabalhèron tambèn. Mai coma eu i restèt, nos fa vèire pereu que la pintura orientalista foguèt un mercat.
 
Chasca annada o quasi, Tapiró s’enanava en Anglatèrra, onte un public d’amators li crompàvon sei telas. Es beleu per aquò que la mòstra barcelonenca fa vèire tant d’òbras vengudas de colleccions particularas, a costat d’una polida tiera de telas que garda lo musèu-lume de Catalonha.

Eugène Delacroix : Saada la femme de Abraham Benchimol et Preciada une de leurs filles, peint au Maroc en 1832. Les peintres, après les campagnes napoléoniennes et jusqu'aux décolonisations, allaient faire provision d'anecdotes au sud de la Méditerranée  (MET NY DR)
Eugène Delacroix : Saada la femme de Abraham Benchimol et Preciada une de leurs filles, peint au Maroc en 1832. Les peintres, après les campagnes napoléoniennes et jusqu'aux décolonisations, allaient faire provision d'anecdotes au sud de la Méditerranée (MET NY DR)
Tre 1883 Josèp Tapiró s’endralhèt per Londres. Mai lei vendas baissaran au començament dau siècle vint. E la rason sembla interessanta. Amé lei revòutas au Marròc, lei toristas li anèron ben mens. E son aquélei que, alora que passejàvon a Tanger, prenián contacte amé l’òbra de Tapiró. Probable qu’uèi lo mercat de l’art seguisse la mema dralha.
 
Tanger èra alora una ciutat pichòta e tipica en riba de mar. Mai après la mòrt dau pintre, en 1913, la vila devenguèt a estatut internacionau, denant qu ’un plan d’urbanisme la trasformèsse radicalament alora que la modernitat a l’occidentala endralhava un reviure dei revòutas berbèras.
 
Après Tapiró lei pintres faguèron ren que passar, raubar de moments, de colors, d’ambients, denant que de s’entornar leu vendre an un public totjorn que mai atrivat per l’anecdòta.

Jusqu'au 14 septembre 2014, prix pour l'exposition temporaire : 4€ (compter une dizaine d'€ pour l'entrée complète du musée; très belles collections d'art roman, gothique, baroque et classique). Métro Espanya, puis 500 m à pied ou autobus.

Lundi 26 Mai 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

« Bono annado… »

…bèn acoumpagnado ! » C’est-à-dire avec de bons amis ?…ou plutôt qu’elle vous procure longue vie ? Nos vieilles expressions sont peut-être à double sens. Fouillons, fouillons…

« Bono annado… »
Avèn coustumo de nous souveta bèn ritualamen à la debuto de chasco annado uno « Bono annado, (bèn) granado e (bèn) acoumpagnado ! ». Quant de cop l’avèn emplegado, aquesto espressioun, subretout iéu à moun age, e d’un biais tout machinau…


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.