Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (14)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. quatorzième semaine.

Edité par l'Association pour l'Enseignement de la Langue d'Oc

L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .


















            partager partager

Rejoignez notre communauté d'abonnés!


Aquò d'Aquí s'intéresse particulièrement à l'enseignement de la langue d'oc et à la musique qui innove en juin. Abonnez-vous vite!



Notre numéro de juin sera livré aux abonnés tout début juin
Notre numéro de juin sera livré aux abonnés tout début juin
Il est temps pour vous de rejoindre le club de ces centaines de lecteurs qui contribuent à sauver la langue du pays....En se faisant plaisir.

Bioéthanol en Occitanie, enseignement en Provence, musique partout...

L'agriculture peut-elle faire rouler les autobus sans pour autant consommer trop les terres agricoles ? Et bien la Région Occitanie essaie, en tout cas...

Et vous votez dimanche ? Ah ! l'Europe. Quelle histoire. Felip Martel nous rappelle que le fédéralisme voulut que 14-18 fut vraiment la der des der...Mais sans beaucoup de succès. En France, le centralisme fut le plus fort.

Mais notre grande affaire, dans ce numéro de juin, ce sera l'enseignement. Une bonne nouvelle, l'Académie de Nice semble vouloir se donner les moyens de faire renaître l'occitan dans les lycées du Var. Eh! oui, il en a totalement disparu. Pour l'entendre à nouveau dans les salles de classe, il faut des heures de cours, et donc des enseignants.

Dans l'Académie voisine d'Aix-Marseille, c'est moins bien, c'est à dire moins que bien. Là, sur les papier les effectifs augmentent. Mais que le papier est trompeur!

Une bonne nouvelle, un des deux agrégés d'occitan-langue d'oc est Provençal. Nous voyons avec Didier Maurell ce qui semble indispensable pour sauver sa matière, mise à mal par l'Etat. Pas de secret! Selon lui, les enseignants doivent se faire voir, pour que l'Administration ne les envoie pas se faire voir ailleurs...

Pendant que l'économiste Felip Langevin continue son examen des inégalités marseillaises si frappantes, nous écoutons de la musique, elle adoucit les mœurs...Henri Maquet, Emmanuelle Aymès et Captain Flo nous diront quand même peut-être que pas tant que ça... L'Espaci Occitan de Gap, lui, nous propose une sélection "spécial fête de la musique"....

Et si vous voulez lire tout en les écoutant, nous vous recommandons le Florilège des poètes en langues minoritaires que vient de livrer Marie-Jeanne Verny. Il existe de grandes voix alsaciennes, basques ou occitanes, on ne les connait que mal parce qu'en France ça ne se fait pas d'être génial sans écrire français, mon bon monsieur.

Nos chroniques habituelles vous raviront peut-être : Le Naufragat de Phavorin, ses reportages en BD, ou le parler marseillais de Médéric. 

Alors n'hésitez pas une seconde à vous abonner, il est temps, notre numéro de juin vous le recevrez dès le début du mois.

Et n'oubliez pas que la langue d'oc dans l'actualité, c'est Aquò d'Aquí, chez vous tous les mois. Pour le prix d'un restau, sauver la presse en oc, ça vaut la peine, non ?

Jeudi 23 Mai 2019
Aquò d'Aquí




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d’Aquí en mai

Dison que...

La ruralité a forte identité, l'oubliée des blocs politiques

La décentralisation c'est le thème que les candidats les plus en vue de la présidentielle ont mis sous le tapis. Et pourtant, c'est là que se concentrent problèmes et frustrations.

Nous l'avons remarqué, durant la campagne pour l'élection présidentielle, la place et l'avenir des territoires, des pays, a été pratiquement absente, en tout cas dans la propagande des trois premiers candidats. Pourtant, la question du pouvoir d'achat, qu'ils ont tous abordé abondamment, dépend bel et bien de la place qu'on occupe dans le pays.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.