Aquò d'Aqui


            partager partager

Quau tèn la clau (USB) tèn la lenga


MARSEILLE. Celine Limongi s’est taillée un beau succès lors du Congrès du Forum d’Oc, à Marseille, en expliquant sa pratique pédagogique. Cette enseignante de maternelle lutte contre le stress à coup de provençal… A méditer contre l’échec scolaire.



Avec la mise en relation des langues romanes dans l'enseignement, comme l'occitan, les petits élèves apprennent mieux le français. Quand ils ne l'entendent pas à la maison, c'est une aide précieuse, selon Céline Limongi, professeure dans une école des Quartiers Nord de Marseille (photo MN)
Avec la mise en relation des langues romanes dans l'enseignement, comme l'occitan, les petits élèves apprennent mieux le français. Quand ils ne l'entendent pas à la maison, c'est une aide précieuse, selon Céline Limongi, professeure dans une école des Quartiers Nord de Marseille (photo MN)
« Quand nos an prepausat d’ aprendre en mai la lenga regionala, a l’IUFM, se siam regardats, e se siam dich que, benlèu, li aviá d’autrei prioritats a l’ora de preparar lo concors… »

Celina Limongi, una afogada dei lengas, que ne’n parla ja tres emai aquela dei signes, n’èra espantada . Pasmens, un còp l’explica dau formator, Rotland Boyer, acabada, aqueu monde d’aprendís-ensenhaires s’entr’espinchan enca’un còp e totei se dison : « finalament, perqué non ? »
 
A bèn encapat d’explicar l’interès d’ensenhar la lenga nòstra au public, aquela mestressa, convidada per ne’n parlar au Congrès dau Forum d’Òc, dissabte a Marselha.
 
Adonc, fai ara dètz ans, vaquí Celina premier dins una escòla dau XIVen arrondiment de Marselha, onte remarca l’interès dau provençau per luchar còntra la cabussada escolària.

Despuei quatre ans, la vaquí a l’escòla Castelàs Lei Lions, au mitan de la ciutat HLM dau mume nom, un centre continu d’aprendissatge de la lenga regionala, onte s’i fai tres oras de provençau per setmana.

Lo benfach d'aprendre lo provençau...per aprendre lo francès

Aquí, lei parents que descuèrbon pasmens lo projèct d’ensenhament am’una briga de mesfisança, « après un an vènon ‘mé una clau USB per me demandar se pòdi l’i pegar lei cançons qu’aprènon seis pichons, textes comprés, bòrd que lei cantan a l’ostau amé gaug, e que son monde li agradariá fòrça de poder lei cantar am’elei… ! »
 
Per lei collègas, aquel envam compta, que  descuèrbon lo benfach d’aprendre lo provençau sus lei dròlles.

Mai que tot, aquelei, aprenon l’occitan per descubrir lo francés, que mai que d’un entendiá pas a l’ostau.
 
« Fau dire que totei caminan bèn amé la lenga nòstra, que s’apren sens enjuec escolari  estransinant , e que la confiança qu’agantan aquí s’espandirà puei dins d’autrei matièras a fòrt enjuec ».
 
Lo provençau a l’escòla per luchar còntre la cabussada escolaria ? lo Rector d’Academia deuriá chifrar mai sus aquò… Li levariá d’ansias, segur !
A la Maternelle de Castellas les Lions (photo MN)
A la Maternelle de Castellas les Lions (photo MN)

Mercredi 16 Mars 2016
Michel Neumuller





1.Posté par robert perrotto-andré le 22/03/2016 17:28
Coma de costuma es la "pètalha" que camina e duerbe la rota. faudria beleu un rector que siegue de nosautres!

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.