Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Pau Ricard, occitanista segur…se li aviá agut una borgesiá marselhesa emancipada


Si la bourgeoisie marseillaise avait été émancipée, Paul Ricard aurait sans doute fait souffler sur Marseille le vent d’autonomie qui venait de Barcelone. Las ! dès le sortir de la guerre il n’y croyait plus. Guy Martin avait analysé son attitude pour Pere Gros, qui s’en est souvenu en préparant le colloque que Mesclum a consacré le 2 février 2013 aux rapports entre l’industriel et l’occitanisme.



En 1997 Pere Gròs aviá questionat Guiu Martin  , lo 10 de novèmbre alòr qu’èra a escriure un trabalh a prepaus de Pau Ricard. Sei nòtas de telefonada siguèron messas en forma dins l’amira dau collòqui que l’associacien Mesclum vèn de tenir a Setème la dimenchada dau 1er de febrier.
 
Dison, aquelei nòtas, que Martin a coneissut Ricard perqué èra amic de Reboul, e tanben de Camproux. « Ricard èra un òme fòrça generós, espontanèu, estète, mai un òme d’afaires pasmens. Ai agut d’estima per eu » qu’a escrich Pere Gròs.

Il s'est éloigné graduellement de l'occitanisme en qui il ne croyait plus

L'épanouissement de l'occitanisme de Max Rouquette, l'affaiblissement de celui de Paul Ricard  ont fait l'objet de communications à Septèmes début février 2013 (photo MN)
L'épanouissement de l'occitanisme de Max Rouquette, l'affaiblissement de celui de Paul Ricard ont fait l'objet de communications à Septèmes début février 2013 (photo MN)
« Au nivèu occitan siguèt un mite. Sensa relambi preoccupat per lo fach miegjorau, sensible a l’alteritat meridionala, coma mai que d’un Marselhés, per oposicien a París. Mestrejava un provençau fòrça degalhat, un pauc coma totei aquelei de sa generacien.
 
« Es dins l’environament marselhés que s’es engatjat dins lo movament occitan alentorn dau Calen. L’arrestacien per afichatge de Porrieras èra « l’escasença de faire de bruch ». Amé la revista Occitània, laboratòri d’ idèias federalistas, Ricard es interessat per la concepcien federalista de l’economia, mens per leis aspècts sociaus. Puei devendrà un patron sociau, que justament despassarà lo paternalisme tradicionau per faire participar seis emplegats au capitau de sa societat.
 
« Mai a cha pauc s’es aluenchat de la causa occitana. Son occitanisme es un mite, mai que d’un a pantaiat que n’en sariá lo spònsòr. Reboul l’a cresut, Camproux mens. Crèsi que siguèri lo darrier a temptar una cambada vèrs eu" diguèt Guiu Martin à Pere Gròs. "A totjorn evocat son passat, seis amistats, mai ren mai. Preniá plus au seriós una lenga sensa unitat. Mai que d’un a pensat an eu dins leis annadas seissanta e sèissanta dètz per crear una revista d’idèias, mai li a mai agradat d’investir dins l’accien scientifica. A sostengut la canson de tèxte francesa.

S'il y avait eu plus de bourgeois marseillais pour qui le centre était Marseille...

« Es verai qu’es demorat un batent dau Sud, qu’a tot menat dau país, èra un Meridionau resistènt. Aviá tot de l’actituda d’un patron barcelonés, sensibilisat qu’èra per Camproux a çò qu’èra la Catalonha. Mai a ren escrich sus aquò. A desvelopat son entrepressa per autòfinançament. Vesiá Marselha coma una capitala dau Sud, alòr qu’aquela vila, luenh de s’emancipar coma Barcelona, aurà totjorn agut una posicien defensiva.
 
« Realista, pensèt que sensa una assetada sociala e economica, un projèct tant ambiciós coma la causa occitana podiá pas anar, que sensa un supòrt economic un projèct culturau autonòme occitan podiá pas capitar.
 
« Tre la fin de la guèrra li cresiá plus, mai gardèt la simpatiá qu’alimenta lo mite » pòu conclure Pere Gròs.
Paul Ricard, un industriel qui voulait le Sud, mais était trop seul à le vouloir loin de Paris (photo XDR)
Paul Ricard, un industriel qui voulait le Sud, mais était trop seul à le vouloir loin de Paris (photo XDR)

Jeudi 7 Février 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.