Aquò d'Aqui


            partager partager

Ont’es am’aquest arrendament lo cremador de Marselha es illegau


MARSEILLE-FOS. L’incinérateur de Marseille n’aurait pas du donner lieu à un bail emphytéotique selon le Tribunal Administratif de Marseille.



Février 2007, à Fos-sur-Mer le chantier de l'incinérateur de la communauté urbaine est lancé...sur un terrain où un bail de longue durée n'aurait pas du être accordé (photo MN)
Février 2007, à Fos-sur-Mer le chantier de l'incinérateur de la communauté urbaine est lancé...sur un terrain où un bail de longue durée n'aurait pas du être accordé (photo MN)
Lo Tribunau Admenistratiu de Marselha a anullat la decisien de la Comunautat Urbana de Marselha de passar un arrendament enfiteotic per esplechar lo cremador de residús de Marselha.

Es ce qu’a dich lo president de la Comunautat Urbana, Guiu Tessier.
 
Es la deliberacien de 2003 que siguèt ansin anullada.
 
La CUM Marselha Provença Metropòli farè apèu d’aquela decisien.
 
Lo Tribunau Admenistratiu a considerat qu’aqueu arrendament èra un estraç au drech dau domèni public. Concerna un terrenc dau Grand Pòrt Maritime de Marselha.
 
Es en 1995 que lo baile dau Pòrt, alòr Eric Brassart, aviá donat l’accòrd a Marselha per rendre aisat lo projèct, qu’a totjorn rescontrat d’opausiciens associativas, qu’avian menadas un vertadier combat juridic per empachar lo cremador, esplechat per la societat Evere, de veire lo jorn.

Lundi 7 Juillet 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.