La mitat presonièra

La statistique nous dit froidement la part émergée d'un quotidien d'entravées. La moitié féminine de la population n'est pas libre de ses mouvements.

Fa tot bèu just una setmana dimècres 17 d’abriu una joineta siguèt violada dins un trin regionau entre Ais e Marselha, dins un vagon onte li aviá d’autrei viatjaires. Sensa ren dire mai avans que l’enquista n’en digue mai, fau quand muma rementar que la tiera comença de pas s’acabar jamai.
 






            partager partager

Occitan au lycée : les enseignants mobilisés partout


Mardi les cortèges à Nice, Marseille, Avignon et ailleurs entre Nice et Bordeaux, ont vu les profs d'occitan-langue d'oc manifester ensemble pour le maintien de leurs cours. Les réactions donnent déjà des résultats concrets.



La plupart des professeurs d'occitan langue d'oc avaient choisi de "faire poids" à Avignon pour la grève nationale de mardi (photo XDR)
La plupart des professeurs d'occitan langue d'oc avaient choisi de "faire poids" à Avignon pour la grève nationale de mardi (photo XDR)
L’occitan a retenti dans les cortèges et les rassemblements prévus lors de la journée de grève des enseignants, mardi 5 février. En Provence les professeurs du secondaire d’occitan-langue d’oc s’étaient donné rendez-vous dès dix heures du matin devant la gare SNCF d’Avignon. Mais certains ont manifesté avec leurs autres collègues à Marseille. A Nice, autre Académie de Provence, ils ont aussi intégré le cortège manifestant avec leurs propres mots d’ordres, depuis le boulevard Garibaldi.
 
« L’occitan c’est pas une variable d’ajustement », affichait la Fédération pour l’Enseignement de la Langue et de la Culture d’Oc (Felco), qui fait aussi entendre un autre slogan, plus moral : « La réforme des lycées tue l’occitan – Non ! ».
 
La mobilisation, pour ces enseignants de langue régionale, avait débuté réellement samedi dernier, autour des tables de l’Université Paul Valéry de Montpellier.
 
« Nous étions pour une fois très nombreux à Montpellier, samedi » raconte une enseignante provençale. En effet, les professeurs d’occitan, de Bordeaux à Nice, y sont venus.

Les professeurs avaient choisis une présence forte à Avignon

Une présence à Marseille, avec d'autres publics de la communauté éducative, et sous la bannière de la Felco (photo XDR)
Une présence à Marseille, avec d'autres publics de la communauté éducative, et sous la bannière de la Felco (photo XDR)
A Avignon, voici quinze jours, les Provençaux – 18 sur les 25 professeurs certifiés de l’Académie d’Aix-Marseille, une première ! – s’étaient déjà réunis. Certes rien de concret n’était sorti de cette rencontre inédite entre les mistraliens et les tenants de la graphie classique, qui habituellement, mis à part quelque- uns,  s’ignoraient volontairement. « Quelque chose d’énorme arrive, alors brusquement tous se parlent » poursuit notre interlocutrice.
 
C’est que, voici encore deux semaines, la moitié des cours de provençal étaient promis au rebut dans cette Académie. Le recteur Bernard Beignier, jamais à court d’éloges respectueux de la langue occitane lors des conseils académiques, subitement déclarait sur l’antenne publique France Bleu, le 24 janvier, que le provençal ne s’entendant pas sur les marchés, la question de l’utilité de son enseignement se posait.
 
Alors que l’épreuve écrite pour l’agrégation d’occitan-langue d’oc (deux postes cette année) venait d’être organisée à Aix-en-Provence, l’enseignement de la matière était promis à la disparition.
 
En une semaine, alors que la pression est restée modeste, déjà les menaces de suppression de cours s’estompent. Nous pourrions citer, dans la panoplie de ces pressions, notre article de mercredi dernier et ses trois milles visiteurs, immédiatement relancés par de nombreux partages sur les réseaux sociaux, les tentatives de Michel Feltin-Palas  -L’Express - pour questionner certains proviseurs particulièrement abrasifs pour les cours d’oc que propose leurs établissement. Mais il faut aussi souligner les interventions syndicales, en particulier du Snes auprès du Rectorat.

Des cours rétablis quand la protestation se fait ferme

A Nice mobilisation forte aussi  (photo XDR)
A Nice mobilisation forte aussi (photo XDR)
A Marseille, le lycée Thiers garderait ainsi ses trois heures de cours hebdomadaire. Idem pour le lycée St-Charles dans la même ville, et pour le lycée Cézanne d’Aix-en-Provence, comme pour le lycée Pasquet d’Arles et celui de Montmajour.
 
Néanmoins  le lycée Victor Hugo de Carpentras perdrait toujours ses six heures hebdomadaires de cours de provençal, tout comme le lycée de Bollène (84) et le lycée Montgrand de Marseille, ainsi que le lycée Victor Hugo dans la même ville.
 
L’enseignement privé sauverait aussi, mais très provisoirement, ses heures de cours, dans les rares établissements qui proposent un enseignement d’occitan : Notre-Dame de Sion à Marseille, où tout de même 9h hebdomadaires sont dispensées, et le lycée Pila de Carpentras. Mais il ne s’agit que d’un sursis, la retraite de l’enseignant, dans deux ans, mettant théoriquement fin à cet enseignement.
 
A ce stade, et avec une mobilisation pourtant encore embryonnaire, la moitié des cours de provençal promis à la disparition seraient maintenus. Un encouragement à la mobilisation. Or, celle-ci dépend entièrement de l’unité très récente des enseignants.
 

Une convergence des enseignants de différentes langues minoritaires ?

Car, dans ce grand récurage pédagogique qu’est la réforme Blanquer, éloignant les enseignements optionnels de leur public, les rendant donc moins qu’optionnels, il y a un fait marquant pour la matière occitan-langue d’oc. il reste jusqu’à présent que leurs enseignants ont pu, sous la pression extérieure, dépasser des clivages, qui étaient obsolètes depuis bien longtemps.

Pendant ce temps, l’Assemblée de Corse, de son côté, a appelé le ministère de l’Education a concerter, après avoir renoncé à « élaborer un projet par petites touches, sans concertation, et au mépris du statut de la Corse ».
 
Une convergence des défenseurs des différentes Langues de France au sens que lui donne la Constitution article 75.1, serait-elle en train de se dessiner ?
Samedi dernier à Montpellier, les enseignants se réunissaient, à la demande de la Felco (photo XDR)
Samedi dernier à Montpellier, les enseignants se réunissaient, à la demande de la Felco (photo XDR)


Jeudi 7 Février 2019
Michel Neumuller





1.Posté par Gllbert COMBE le 08/02/2019 09:48
Le droit à parler sa langue est un droit constitutionnel
Les langues régionales sont une part de la nation et de l'identité française

2.Posté par Saint-Gaudens le 14/02/2019 15:21
Bonjour,
Ya-t-il actuellement une pétition émanant de l'ensemble des enseignannts et "mainteneurs" des différentes langues de France? Cela aurait du poids.A défaut ,une pétition de l'ensemble des tenants de l'ensemble occitan-langues d'oc ?
Coraument,
GB

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Voici Aquò d'Aquí de mai
Dison que...

Lei recalius de Notre Dame coma nos questionan

Notre-Dame de Paris fait aussi partie du patrimoine occitan. Notre patrimoine immatériel fait-il partie de celui de la France, M. Macron ? Si oui, que ne décidez-vous de le revitaliser, avec la même autorité ?

L’incèndi qu’a devastat per partida la Catedrala Notre-Dame de Paris diluns 15 d’abriu vèrs lei sèt oras dau vèspre questiona tota la França sus la plaça restanta dau religiós dins la societat dau siècle XXI, sus lo suenh portat per leis autoritats au patrimòni materiau e sei trias de finançament, mai tanben sus lo biais de l’intelligentsia de considerar que tot ce que se debana a Paris merita la prioritat de la Nacien.
Lei recalius de Notre Dame coma nos questionan


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.