Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Nice Matin fait un gros travail éditorial sur la loi Molac


NICE/MENTON. Le quotidien Nice Matin s'est fait l'écho de la loi Molac de manière particulièrement complète. L'implication des professeurs de Vivaro Alpin (Menton) et de Niçois (Nice) y est pour beaucoup.



Nice Matin édition de Menton, le 15 avril dernier
Nice Matin édition de Menton, le 15 avril dernier

La loi Molac pour la défense et promotion des langues régionales a toutes les chances d’être connue dans ses détails et ses enjeux par les lecteurs du quotidien régional Nice Matin.

 

Dès le quinze avril en effet son édition Menton et Vallées a consacré sa UNE et deux pages à l’évènement parlementaire du 8 avril. Le professeur d’occitan-langue d’oc Laurenç Revest a très correctement informé le quotidien, qui l’avait contacté en vue d’un reportage en classe. L’enseignant, dont on se souvient aussi pour son rôle dans le film de Philippe Carrese Malaterra et qui fut un temps le présentateur de l’émission de France 3 Vaquí a l’habitude de communiquer sur la langue occitane. Ce jour-là il posera clairement le problème de la formation et du nécessaire recrutement d'enseignants de langue régionale pour les lecteurs du quotidien. Ces derniers auront rarement été aussi bien informés sur la problématique.

 

Compte tenu de la place éditoriale consacrée par le quotidien à l'évènement, on peut conclure qu'il le considère comme un majeur. L’enjeu est évidemment important, dans une région où, d’une part les enseignants prennent de plein fouet la réforme des lycées, très handicapante pour les professeurs e niçois, provençal et alpin d’oc de cette Académie de Nice, très riche sur le plan linguistique, et d’autre part où le Recteur montre plus de bonne volonté qu’ailleurs.

 

Les articles de Nice Matin donnent là une explication détaillée des articles de la loi et de ce qu’il pourrait en découler pour l’enseignement de l’occitan. Et si, comme trop souvent le font les journaux français, le média mentonnais décide de parler à ses lecteurs sous l'angle du folklore, il n'en reste pas moins que l'information passe.

 

Six jours plus tard, nouvel accessit; c’est cette fois la rédaction niçoise du journal qui a contracté le (bon) virus informatif. Bravo à la rédaction mentonnaise pour avoir su attirer l’attention de leurs collègues.

 

Cette fois-ci le journal, outre les explications déjà données, interroge le président de l’Association des Professeurs de Langue Régionale, et depuis deux mois président de la Fédération nationale du même nom : la Felco.

 

Olivier Pasquetti, qui rappelle là les efforts réalisés dans la ville de Nice, notamment avec l’ouverture d’écoles bilingues élémentaires, en profite pour inviter le Conseil Départemental à passer une convention avec l’Education Nationale afin de “cadrer des objectifs et des moyens” nécessaires au rétablissement d’une meilleure condition d’enseigner dans les collèges du département.

 

Il y rappelle aussi que le ministre Jean Michel Blanquer n’a pas rétabli les épreuves de langue régionale qui devraient permettre aux futurs professeurs des écoles d’enseigner réellement. Mais là, la Loi Molac n’apporte pas de réponse. Au ministre donc de s’y mettre !


Jeudi 22 Avril 2021
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans l'Aquò d'Aquí de l'été...

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.