Aquò d'Aqui


            partager partager

Niça : cai Napoleon o Garibaldi


NICE. La Ville redonne au premier quai de Nice le nom de l'Empereur, des occitanistes s'y opposent et militent pour lui donner le nom d'un célèbre niçois à l'idéologie toute différente.



Giuseppe "Pepin" Garibaldi était Niçois (photo XDR)
Giuseppe "Pepin" Garibaldi était Niçois (photo XDR)
"A dau sang niçard sus lei mans e nos a levat l'agle de la banièra" rena Cristòu Daurore. Aqueu que se ditz "president de la Republica de Nissa" vòu pas d'un cai Napoleon a Niça, e pas mai tota la tiera de son "governament". 

Mai a la municipalitat lo delegat a la Circulacion Gael Nofri argumenta que "Niça enlaça son istòria an aquela de la França, Napoleon enclus".

Es que l'ancian cai Cassini, dau nom de l'astronoma ja siguèt batejat Napoleon dau temps dau segond Empèri, quand lo país niçard devenguèt francès, mai qu'en 1870 la populacion manifestava per lo sonar Garibaldi, enfant dau país e artesan de l'Unitat Italiana.

Adonc vaquí doas biais de vèire l'identitat de Niça que s'acaran . A l'occasion dei Jornadas Imperialas, la Ciutat vòu re-batejat lo cai, ara terminus dau tram, Napoleon.

Una peticion en linha convida lo monde a restancar l'iniciativa.

Jeudi 24 Octobre 2019
Michel Neumuller





1.Posté par Lions Eimound le 24/10/2019 21:30
Vivo Garibaldi !

2.Posté par Bònjorn le 08/11/2019 08:50
https://youtu.be/MBOZ24IxR4g

Debat sus lo cai.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.