Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

« Ni Sud ni Paca » approche les 12 000 pétitionnaires


Sur change.org la pétition réclame que la Provence soit désignée par son nom historique, et soutient que celui-ci est légitime dans les Alpes comme à Nice. Elle réagit à une décision du Conseil Régional Paca, de déposer une marque "Région Sud".



Le 15 décembre, Renaud Muselier a proposé au vote des conseillers régionaux le dépôt du nom "Région Sud" pour la Provence (photo MN)
Le 15 décembre, Renaud Muselier a proposé au vote des conseillers régionaux le dépôt du nom "Région Sud" pour la Provence (photo MN)
Tout est parti d’une décision du président du Conseil Régional Paca, Renaud Muselier. S’avisant que le nom de Paca était décidément insortable, ne signifiait rien pour personne et donc nuisait à l’image de la Provence, le président  a décidé de déposer une marque pour la Région : Région Sud.
 
Une délibération en ce sens a été votée le 15 décembre dernier, en séance plénière du Conseil Régional. Le président avait précisé que la mesure ne couterait que le prix du dépôt de marque à l’Institut National de la Propriété Industrielle. En effet le choix du nom « Région Sud » avait été effectué en interne au Conseil Régional, aucun cabinet conseil n’aurait été consulté. Les services rapprochés du président auraient donné leur avis, et la consultation se serait arrêtée à ce premier cercle de gens proches du pouvoir régional.
 
Pour le lanceur de pétition, animateur régional du Partit Occitan, « c’est refuser, à l’heure de la démocratie participative et des réseaux sociaux, le droit aux citoyens de s’exprimer et grand merci à celles et ceux qui se mobilisent, encore et toujours plus, sur change.org. »
 
La pétition, le 15 janvier 2018 au matin, avait atteint 11 500 signataires, et, c’est le principe de change.org, ce chiffre augmente au fur et à mesure des partages que les internautes multiplient .

"Paca" totalement incompréhensible à l'étranger et nuisible à l'aura de la région

Pour Hervé Guerrera, "La Provence est connue et reconnue y compris à l’international, contrairement à Paca, ou à un "Sud" qu’on ne saurait situer. Elle est porteuse d’identification culturelle et de dynamisme économique donc d’emplois" (photo MN)
Pour Hervé Guerrera, "La Provence est connue et reconnue y compris à l’international, contrairement à Paca, ou à un "Sud" qu’on ne saurait situer. Elle est porteuse d’identification culturelle et de dynamisme économique donc d’emplois" (photo MN)
Le débat sur le nom de la Région provençale n’a jamais cessé depuis qu’en 1972, à l’occasion d’une réforme territoriale française, le nom de Provence Alpes Côte d’Azur a été choisi par le Conseil Régional de l’époque.
 
A cette époque, la Provence, au plan institutionnel, se séparait de la Corse, et prenait peu à peu de l’importance. La réforme suivante, en 1982-83, due au Marseillais Gaston Defferre, devait reconnaitre aux Conseils Régionaux de nombreuses nouvelles compétentes. Al’époque, le président de « Paca », le socialiste Michel Pezet, défendait bec et ongles l’appellation tout à fait technocratique, à l’argument que celle-ci respectait la diversité territoriale de la région.
 
Un argument qui ne convainquait pas de nombreux habitants, mais qui gênait aussi son successeur (après un intermède Jean-Claude Gaudin), Michel Vauzelle. Celui-ci, ambitionnant une aura internationale pour la Région, multipliait les accords de coopération de par le monde, et regrettait le peu de prestige de l’appellation « Paca ».

Une commission régionale conseille "Provence" en 2009

En 2009 le socio-linguiste J-Cl. Bouvier avait présidé une commission régionale représentative pour conclure que le terme "Provence" était le plus fédérateur tout en étant le seul véritablement conforme à l'histoire de la région (photo MN)
En 2009 le socio-linguiste J-Cl. Bouvier avait présidé une commission régionale représentative pour conclure que le terme "Provence" était le plus fédérateur tout en étant le seul véritablement conforme à l'histoire de la région (photo MN)
En 2009 il confiait au socio-linguiste Jean-Claude Bouvier le soin de formuler des propositions alternatives. S’entourant d’une commission marquée par la diversité de territoires et d’âges, l’universitaire concluait que le seul vrai terme fédérateur et reconnu à l’extérieur était celui de « Provence ».
 
Cependant le président Vauzelle ne prit aucune décision, avant de relancer le débat en 2014, pour aussitôt l’enterrer.
 
Provence serait réducteur et déplairait aux habitants niçois et alpins de Paca. Une opposition fantasmée, quasi inexistante, rétorquent les partisans de « Provence », dont Hervé Guerrera est un farouche promoteur.
 
« C’est ignorer l’histoire de cette région » argumente en effet le lanceur de pétition, « quand le Pays Niçois s’appelait les « Terres neuves de Provence », quand sur la monnaie qui avait cours à Embrun, et au-delà, était frappé « Proencia - Provence ».
 
La Région provençale compte aujourd’hui cinq millions d’habitants, et cinq mille pétitionnaires en représentent le millième. L’initiative de l’élu provençal aura donc besoin d’être mieux connue et plus largement partagée pour démontrer un intérêt des Provençaux…pour la Provence.

Mercredi 27 Décembre 2017
Michel Neumuller





1.Posté par Compes le 27/12/2017 07:43
Pourquoi changer de nom, la Provence est et restera la Provence que nous aimons tant.

2.Posté par RAPHAËL le 28/12/2017 16:36
La Provence a historiquement englobé l'essentiel de la région "PACA", a l'exception d'une partie des Hautes Alpes et de façon fluctuante de la rive gauche du fleuve Var (qui coule dans les Alpes Maritimes).
Dès lors, cette appellation est parfaitement légitime pour désigner le regroupement de nos 6 départements. Nos voisins de la rive droite du Rhône ont été bien plus avisés que nous qui ont adopté, avec bonheur, le beau nom d'Occitanie.

3.Posté par TAUTIL GERARD le 28/12/2017 17:27
Je lis dans le commentaire d'AA:
"La Région provençale compte aujourd’hui cinq millions d’habitants, et cinq mille pétitionnaires en représentent le millième. (...)"
Les bons comptes font les bons amis. Quand M.Vauzelle, avec tout l'appareil médiatique de la Région a réalisé autour de 20000 signatures.... Relativisons et rendons à César...!
Je regrette seulement que ce type d'initiative ne soit pas le fait de l'ensemble des organisations culturelles de défense et de promotion de la langue d'Oc en Provence. Là est la vraie question. Nous aurions alors dépassé le sondage vauzellien, car l'agression de M. Muselier est significative d'un négativisme historique. Les réactions sont significatives : on n'aura rarement été aussi loin dans la bêtise...

Contuniem sensa relambi!
Amistat
G.Tautil

4.Posté par Jacques Bonnadier le 28/12/2017 18:32
Le Sud? Quel Sud? Le Sud-Est ou le Sud-Ouest? La moitié de la France est "Le Sud". Ce choix est nullissime. Comme celui d'Occitanie pour la seule région voisine, qui correspond à une grande majorité des départements du "Sud". Le nom de "Provence" s'impose absolument pour remplacer l'ignoble "Paca", comme l'ont démontré René Merle et Jean-Claude Bouvier. Quand on a la chance de vivre dans un pays comme la Provence - que le monde entier nous envie et dont le nom même a une résonance universelle - on le garde, ce nom et on le clame à tous les vents...
"Qu'il y ait quelque chose de plus doux que Provence, et qu'amour ne soit rien, ô frères du midi, laissez-le dire à d'autres" (Peire Vidal, entre 1180 et 1205)

5.Posté par jean -marie le 28/12/2017 19:08
et que faire de la marque "sud de France" qui s'est imposée en "Languedoc Roussillon et en midi-Pyrénées" ?

6.Posté par GAIDO-DANIEL Crestian le 28/12/2017 19:16
Le nom officiel est Provence-Alpes-Côte d'Azur et non comme l'affirment les péticionnaires l'acronyme paca. Ce nom est connu à l'étranger contrairement aux affirmations mensongères de M. Guerrera. Les Alpes du sud font partie d'un massif européen. La Côte d'Azur est beaucoup plus connue à l'étranger que la Provence!!!!!
Arrêtez ces débats stériles et couteux et conservons tous ensemble le nom de PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR;
Merci. Crestian

7.Posté par Lou Dàvi dau 307 le 31/12/2017 13:12
Malerousamen, saguèrou pa counsulta lous prouvençaus, au contro das abitant d'"Occitanie". Provo que lous elegi regiounau de Prouvenço fan lus soupo entre eles, qu'un soul tipe ou uno pougnadeto de sa meno decìdou d'après ce que pénsou eles, soulamen eles ("JE ne supportais plus...") e que l'identita de lus regiu se resumis per eles a "sea, sex and sun" ("le soleil, la mer, la montagne, le bien-vivre"). Aquel Muselier em de sa meinajariè sans ime, soun eles prumiè que véndou lou païs. Escoubiha-me tout acò !

Es pire-qu'evident per bien de mounde, en Prouvenço e fuoro Prouvenço, qu'aqueste noum es gairebé lou soul que pegue mièl à l'Istòrio e à la persounalita de la regiu, e que siègue recouneissegu per lous vesi amai à l'enternaciounau. Amai s'endeven em dau sentimen dau mounde sus plaço : un aspèt de prene en counsideraciu !
Pouirian be, su lou moudèlo de "OCCITANIE - Pyrénées/Méditerranée", ajusta un souto-tite em dau noum Prouvenço. Cò dounariè, simplo prepausiciu : "PROVENCE - Alpes /Méditerranée".
Amai n'en manlevarai uno treseno d'idèio, que l'ai atrapado dinc un article dau 31/12/2017 dau segne Laurenç Revèst (din lou blogo "Jornalet") : "PROVENCE - GAVOTINE".

Pense que çai avèn tres causido de trìo, çou me semblo, per noumma l'anciano "PACA"... De qué n'en pensas ?
Per aqueles que pouirièu laissa un coumentari au segne Hervé Guerrera, autou de la peticiu, prepausa-li las tres se n'en sès d'acuord, que n'assavente lous qu'an sinna la peticiu amai lou Counsel Regiounau.
Saguèssou enfi respetado la paraulo dau mounde dau païs e la demoucracìo loucalo, em de prene suèn de counsulta lous ciutadan d'aqui enlai. Aqueles elegi loucau, lus devèn rapela que soun elegi per se faire lous representant de la vous couletivo, noun pa lous dirigent de la regiu : grando diferenço !
Parieiramen au nivèl d'un Esta !

A cousta d'acò, uno councienço loucalo enracinado pòu e deu mena plan-plan à uno councienço gloubalo "òucitano", "roumanico", "mediteranenco".
Pamen, fai buon ajusta que, din la tèsto dau mounde, amai din l'Istòrio, Òucitanìo esisto pa ou-be saguè uno part aministrativo de de la gran Tèro d'Ò.
Per ieu, la Tèro d'Ò es coumpausado de mai d'un Païs, coumpreses eles-mème din de provinço istourico coumo Prouvenço, Limousi, eca.
Un cop mai hou chau dire, acò pus empourtant es pa lou countenent... mè lou countengu que l'i boutaren. Amai se, de-segu, comto l'image que dounen de nostro identita.

8.Posté par arrouye le 25/02/2018 00:31
où signer cette pétition ?

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 67

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.