Aquò d'Aqui


            partager partager

Mistral, Lafont e totei leis autors sus una clau USB serà quasi possible




Uniquement pour les bibliothèques (photo XDR)
Uniquement pour les bibliothèques (photo XDR)
La Cort Europèa de Justícia a Luxemborg a rendut l’onze de setembre de 2014 una decision que podriá autorizar totei lei bibliotècas dei país de l’Union a numerizar cadun dei libres que prepausan a son public, e mai se leis autors o leis editors èran pas consents.

Tot l’afaire s’es emprincipiat amb lo refús de l’Universitat Tecnica de Darmstadt, en Alemanha, de crompar un obratge sota forma d’e-libre a l’editor Eugen Ulmer KG.

A la plaça, l’a fach numerizar, puei l’a difusat a seis estudiants sus seis ordinators.

O a pas presat l’editor, e l’afaire s’es retrobat dins la balança dei jutges europèus.

E aquelei an fach saupre que lei bibliotècas pòdon far excepcion. Li es possible, segon una directiva europèa subre lo drech d’autor qu’autoriza lei còpias e la difusion d’òbras sus de « terminaus especializats ».

« Sens aquò podriá pas realizar sa mission fondamentala nimai promòure l’interès public qu’es de metre a disposicion lei recèrcas e estudis » qu’a argumentat la Cort.

Valent a dire que lei diccionaris de lenga occitana poirián èstre difusats amb leis ordinators deis escòlas ? Benleu que degun editor auriá l’idèa d’anar se’n plànher ais instàncias europèas !


Mercredi 17 Septembre 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.