Aquò d'Aqui


            partager partager

Mirèio s’appelle aussi Mirèlha


L’œuvre majeure de Frédéric Mistral a été adaptée en graphie classique pour les Editions des Régionalismes. Une réussite.



Mirèio s’appelle aussi Mirèlha
Souhaitons que le remarquable travail  des Editions des Régionalismes ne soulève pas d’indignation dans les milieux mistraliens. Car avec Mirèio d’une part, et diverses œuvres de Valère Bernard d'autre part, cet éditeur de belle qualité vient de mettre à disposition d’un très large public quelques œuvres majeures de la littérature d’Oc.
 
Il a saisi le texte original et l’a adapté en graphie classique, ce qui permettra de conquérir en particulier toute une population scolaire qui a appris la langue d’oc écrite dans cette graphie.
 
Eric Chaplain, l’éditeur, qui fut dans une autre vie président de l’IEO, s’est occupé en personne de cette mise en graphie classique.
 
Et, pour que la percolation entre les apprenants en « classique » et en « mistralien » soit parfaite, le texte original est proposé en dessous du texte en classique. Les lecteurs se rendront ainsi mieux compte que la querelle des graphies, heureusement très atténuée aujourd’hui, n’a pas de sérieuse raison de perdurer.
 
Place donc à l’œuvre !
 
Précisons enfin que les nombreuses illustrations de Jean Droit contribuent à faire de cet ouvrage un bel objet. Une réussite sur le fond et sur la forme.

Mirèlha/Mirèio – Frédéric Mistral : 262 p. ill. 28,50€ (EDR, 488 rue de Gâte-Grenier – 17160 Cressé)

Mercredi 19 Novembre 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.