Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Mirèio s’appelle aussi Mirèlha


L’œuvre majeure de Frédéric Mistral a été adaptée en graphie classique pour les Editions des Régionalismes. Une réussite.



Mirèio s’appelle aussi Mirèlha
Souhaitons que le remarquable travail  des Editions des Régionalismes ne soulève pas d’indignation dans les milieux mistraliens. Car avec Mirèio d’une part, et diverses œuvres de Valère Bernard d'autre part, cet éditeur de belle qualité vient de mettre à disposition d’un très large public quelques œuvres majeures de la littérature d’Oc.
 
Il a saisi le texte original et l’a adapté en graphie classique, ce qui permettra de conquérir en particulier toute une population scolaire qui a appris la langue d’oc écrite dans cette graphie.
 
Eric Chaplain, l’éditeur, qui fut dans une autre vie président de l’IEO, s’est occupé en personne de cette mise en graphie classique.
 
Et, pour que la percolation entre les apprenants en « classique » et en « mistralien » soit parfaite, le texte original est proposé en dessous du texte en classique. Les lecteurs se rendront ainsi mieux compte que la querelle des graphies, heureusement très atténuée aujourd’hui, n’a pas de sérieuse raison de perdurer.
 
Place donc à l’œuvre !
 
Précisons enfin que les nombreuses illustrations de Jean Droit contribuent à faire de cet ouvrage un bel objet. Une réussite sur le fond et sur la forme.

Mirèlha/Mirèio – Frédéric Mistral : 262 p. ill. 28,50€ (EDR, 488 rue de Gâte-Grenier – 17160 Cressé)

Mercredi 19 Novembre 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.