Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Marine : «la Dictada c'est comme à l'école»

A Orange, la Dictada fait salle comble, mais manquent les lycéens...


ORANGE. Dans une salle à moitié remplie d'enfants, la quarantaine de participants à la onzième Dictada, ont éprouvé leur occitan, avec le conte de ''La princessa dau cese'' et avec la ''Letro d'Aubanèu à Mistral''. Marine, 13 ans, y a affirmé ses dons polyglottes. Portrait.



Marine, polyglotte, passionnée de théâtre, trouve " que l'occitan c'est assez facile, mis à part que parfois j'y mets de l'italien..." (photo AC DR)
Marine, polyglotte, passionnée de théâtre, trouve " que l'occitan c'est assez facile, mis à part que parfois j'y mets de l'italien..." (photo AC DR)
 «Chaque année, on a du mal à faire venir les lycéens», déplore Bernard Vaton, président de Ben Lèu, l’association qui organise localement la Dictada.
 
Aucun n’a participé cette année. Mais six collégiens ont effectué la dictée de ''La princessa dau cese'' en entier.
 
 
Parmi eux, Marine Cessat, 13 ans. Passionnée de théâtre, la jeune fille suit des cours au théâtre du Sablier à Orange. Cette élève de 4e à Barbara Hendricks (Orange) a commencé le provençal en 5e avec l'enseignant Matthieu Poitavin.
 
Marine est une exception, car la plupart des « apprentis occitanophones » viennent soit de la Calandreta, soit débutent en 6è. Malgré tout, Marine a «réussi car (elle) a fait une lettre de motivation à la principale» pour pouvoir suivre l'option. «C'est ma meilleure amie qui me disait des mots en provençal», explique-t-elle. Intriguée par le nombre «de mots qu'on dit d'habitude », elle a voulu en savoir plus. 

Un inter-langage à apprivoiser

Bernat Vaton a lancé la Dictada voici onze ans, avec son association, Ben Leu, qui permet de doter en prix tous les participants (photo MN)
Bernat Vaton a lancé la Dictada voici onze ans, avec son association, Ben Leu, qui permet de doter en prix tous les participants (photo MN)
A part quelques lacunes, qui la poussent à accélérer son apprentissage, Marine s'en sort assez bien. «En 5e, le professeur me notait différemment, en enlevant des questions, et au milieu de l'année j'ai commencé à être notée comme les autres» dit-elle fièrement. «J'ai toujours des 18-19, c'est assez facile».
 
Pourtant, le rythme de la 4ème constitue un nouveau challenge. Différencier spontanément ses 4 langues apprises n’est pas simple : «je confonds l’occitan avec l'italien, et en cours d'italien j'écris en provençal» admet la jeune polyglotte.
 
De cette proximité, son professeur Matthieu Poitavin tire un avantage. Ainsi, la classe de Marine a travaillé sur Pinocchio. «Depuis le début de l'année, on lit le livre en provençal et on le compare au film, qui est en italien et sous-titré provençal, afin de voir les mots transparents».
 
Investie, la jeune collégienne a envie de continuer le provençal au lycée. Elle souhaite être «professeure des écoles, pour (s)'occuper des petits...mais plutôt en français !».

Une dictée «plus facile»

Déjà présente à la dictée de 2015, elle avait été filmée par l'équipe de Tè Vé Òc. Elle a, cette fois-ci, tenté sa chance dans la catégorie «collégiens» et non « primaire ».
 
Marine a terminé 5e sur six candidats. «J'ai l'impression que c’est la même dictée que l'année dernière» s'étonne-t-elle. Selon elle donc, la plus grande difficulté ne résidait pas dans le texte en lui-même, mais plutôt dans la lecture. «Des fois on ne parlait pas bien dans le micro et ça allait vite» regrette-t-elle.
 
Et même si elle aurait préféré d'autres animations durant la correction, Marine estime que «c'est comme à l'école ; l'occitan c'est pour décompresser, c'est un loisir sans être réellement un loisir».
 
Et de préciser,  «mais je préfère faire du théâtre».
 
Ce jour-là, les calandrons ont dû mieux s'amuser, en collaborant avec le groupe Dyalekt : ils avaient chanté quelques chansons dont «Mar e montanha», entre autres.
 
Les élèves de la Calandreta d'Orange ont chanté avec le groupe Dyaleckt, invité de la Dictada (photo AC DR)
Les élèves de la Calandreta d'Orange ont chanté avec le groupe Dyaleckt, invité de la Dictada (photo AC DR)

Lundi 1 Février 2016
Amy Cros




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Sur le bout des langues" lo recanton de L'Express pèr illustrar la diversitat de nòstrei lengas de França

Michel Feltin a entrepris voici quelques mois de défendre la diversité linguistique en France...l'original est qu'il le fait dans un grand hebdomadaire national.

L'actor Lorànt Deutsch vèn de publicar un libre sus l'istòria dei lengas, Michel Feltin l'a legit, e ne'n comenta lei bònas fulhas...


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.