Aquò d'Aqui


            partager partager

Lo prèmi Albert Londres a un Marselhés


Le jury de journalistes a récompensé, fait rare, un reporter de la presse régionale et un reportage qui ne se déroule pas à l’étranger.



Philippe Pujol (photo XDR)
Philippe Pujol (photo XDR)
Lo prèmi Albert Londres siguèt atribuit a un jornalista marselhés, Felipe Pujol, que trabalha au quotidian La Marseillaise e ensenha a l’Escòla de Jornalisme de Marselha.

Felipe Pujol qu'a agut lo prèmi de la pressa escricha (n'ia un autre per l'audiòvisuau emportat per tres jornalistas : Julien Fouchet, Sylvain Lepetit et Taha Siddiqui, dau magasine Envoyé Spécial de France 2) per una tiera de reportatges sus lo drama de quartiers paures de Marselha, onte l'economia de la dròga sembla la sola possibla.
 

« L’empacha es pas que lo monde pòu pas intrar dins nòstrei quartiers, mai que nosautres podèm pas ne’n sortir » que ditz un dei joines questionat dins l’enquista que siguèt publicada l’estiu passat : « Quartiers shit ».
 
Es una jurada de jornalistas professionaus que decèrnan lo prèmi Albert Londres. Siguèt creat en 1933 per la filha dau jornalista (1884-1932), Florise, après la despareissuda en mar dau grand reporter.

Dans une série d'articles le lauréat du prix Albert Londres avait mis en relation pauvreté dans les quartiers de Marseille et économie des stupéfiants, loin des habituels clichés (photo MN)
Dans une série d'articles le lauréat du prix Albert Londres avait mis en relation pauvreté dans les quartiers de Marseille et économie des stupéfiants, loin des habituels clichés (photo MN)
Entre lei premiats podèm citar Stephane Faugier (1934 : Sur la piste de l’or), o Armand Gatti (1951 : Dans la cage aux fauves) que deviá puei renovelar lo teatre, o Marcel Niedergang (1961 : Tempête sur le Congo). L’an passat èra la jornalista Doan Bui que l’aviá agut per un reportatge sus lo passatge clandestin d’imigrats.
 
Despuei Yvers Harté (Sud Ouest) en 1990, degun jornalista de la pressa regionala aviá recebut aqueu prèmi prestigiós.
 
Albert Londres aviá escrich : « fèm pas mestier de faire plaser, e pas mai de portar tòrt. Nòstre mestier es de portar la pluma dins la plaga », onte que siegue la plaga.
 
Ce que pòu explicar qu’esto còp, lo prèmi siguèt donat a un subjèct francés, alòr que de costuma l’es per de reportatges forestiers. Una reaccion professionala còntra lei clichats estacats à Marselha ?  A mens que la jurada ague definitivament casat Marselha a la seccion « exotisme »

Mercredi 14 Mai 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.