Aquò d'Aqui


            partager partager

Lo Rescòntre gapian vòu far raionar lo chant aupenc d’òc

Un festival dédié au chant occitan des Alpes les 8 et 9 novembre à Gap


Avec Còr n’òc cette chorale gapençaise a réussi une manifestation gratuite qui cette année devient festival, sur deux jours, les 8 et 9 novembre. Pour son responsable, Jean-Pierre Motte, la manifestation pourrait faire rayonner le territoire, si toutefois les subsides publics le permettaient.



Lou Corrou de la Cevitou nous vient des Valadas (photo XDR)
Lou Corrou de la Cevitou nous vient des Valadas (photo XDR)
Un còp de mai, e sarè lo cinquen, lo Rescòntre gapian organisarè Còr n’òc, una manifestacion de las bèlas, ont s’entendrè lo chant occitan, aupenc. « Poèm dire qu’en 2014 sarè per lo premièr còp un festenau, vist que se debanarè sus doas jornaas » que nos ditz Joan-Peire Motte, son baile ambé Andrieu Faure.
 
Aquelos rescòntres qu’existián 25 ans fa, s’èron assopits. Puèi foguèron desvelhats quauques ans fa «  per faire ausir la lenga, e sotalinhar que non s’agís d’un patoàs, meme se nos servèm d’aquela paraula per èstre entenduts » ajusta JP Motte.
 
Adonc, dissandes 8 de novèmbre chaudrè dreiçar l’aurelha au Centre sociau Beauregard, de Gap, que les escolans de la Calandreta gapiana chantarèn, seguits per un teatre de mariòtas qu’animarèn les gents d’escolans.
 
L’endeman, per la diamenja au Centre Municipau Cultura e Lésers (CMCL, baloard Pierre et Marie Curie, 05000 Gap) de la ciutat auta aupencha, lo Rescòntre achamparè puèi de gropes locaus taus que « Les Mantenaires Chansouris », « Les Soubeyrans », que nos vènon d’Ambrun, o encara les « Boulegadis » que vènon de Dinha, o lo « Trio Farf’Elina » tanben originari de la ciutat bas aupencha totjorn ambé Lo Rescòntre gapian, poténcia conviairitz.

Mieux aidée la manifestation rayonnerait

« Lo faròt de la manifestacion nos vendrè d’un autre caire aupenc, la vau Grana, una de las valaas occitanas d’Itàlia, ambé la còla dau « Corrou de la Cevitou », un còr vocau baileat per Paula Luciano » precisa encara JP Motte.
 
Aquel ancian professor de gimnastica que manca pas de dinamisme e tota la còla dau Rescòntre, an qu’una enveia, « far sonar au nòstre totes les dialèctes de la lenga occitana, per que chascun se’n avise ben que parlam una lenga ! »
 
Mas aqueu projècte demanda de meians que n’an pas encara. « Regraciam lo CG 05, que, per lo premier còp, nos ajua ambé 200€. Se siam ajuats per d’autras collectivitats, es luench d’èstre pron per prepausar au public de chantaires bearneses o tolosans, que nos demandan, elos, de venir, estent que nòstra manifestacion es ja pron coneissua fòra de nòstres Aups ».
 
Es dich, la manifestacion, qu’es a gratis per totes,  maugrat que lo Rescòntre deu paiar las salas, poiriá raionar e far raionar lo territòri aupenc, se recebiá pron d’argent public.
 
Lo Rescòntre Gapian le sent, la manifestation pourrait bien devenir une figure de proue culturelle pour le territoire...Reste à trouver les moyens matériels. JP Motte est le second à partir de la g.  assis. (photo XDR)
Lo Rescòntre Gapian le sent, la manifestation pourrait bien devenir une figure de proue culturelle pour le territoire...Reste à trouver les moyens matériels. JP Motte est le second à partir de la g. assis. (photo XDR)

Article écrit en occitan alpin avec les suggestions lexicales de Laurenç Revest.

Lundi 3 Novembre 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.