La Setmana naufragée ?

L'unique média papier entièrement en occitan dépose son bilan. Les soutiens publics "naturels" de La Setmana lui ont fait défaut. Le drame interroge tout le régionalisme. Mais trouvera-t-il les réponses ?

Acteur majeur et porte-voix de la préoccupation occitaniste depuis 1994, date de sa création sous forme coopérative, la société Vistedit et sa figure de proue, l’hebdomadaire La Setmana, tirent le rideau.






            partager partager

Levée de boucliers pour l'occitan dans l'Académie de Nice


NICE. Visiblement alerté par le milieu associatif, Christian Estrosi rue dans les brancards et alerte le gouvernement sur "la situation critique" de l'enseignement de la langue régionale.



Le président de la Métropole a voulu alerter le gouvernement sur la "situation critique de l'enseignement du niçois" (photo MN)
Le président de la Métropole a voulu alerter le gouvernement sur la "situation critique de l'enseignement du niçois" (photo MN)
« Parce que je suis très attaché à notre patrimoine et à notre culture, je souhaite que les langues régionales soient transmises aux générations futures, et je ne peux tolérer cette situation alarmante dans notre académie ».
 
Revenu aux affaires dans sa bonne ville de Nice, et ici du haut de son siège de président de Nice Métropole, Christian Estrosi rue dans les brancards. Il adresse au gouvernement une alerte sur « La situation critique de l’enseignement du nissart et du provençal dans l’Académie de Nice. ».
 
Depuis quelques jours les associations de diverses obédiences concoctaient une initiative, et ont alerté le premier magistrat de la Métropole. A la Ville de Nice, ils trouvaient l’oreille de Jean-Luc Gagliolo, conseiller municipal délégué au Patrimoine. Il semble que le faisceau de protestations, face à la chute des postes enseignants ait porté ses fruits.
 
Pour l’heure on ne sait quelle forme prendre l’initiative du président de la métropole niçoise, si toutefois elle se concrétise : question au gouvernement à l’Assemblée Nationale, initiative publique près le recteur de l’Académie ? A l’heure actuelle il s’agit simplement d’un communiqué de presse .

Professeurs mutés mais jamais remplacés

Lycée Masséna à Nice. Là où l'enseignant reste présent, quand le chef d'établissement ne tente pas de balayer le cours de niçois, les effectifs se maintiennent partout (photo MN)
Lycée Masséna à Nice. Là où l'enseignant reste présent, quand le chef d'établissement ne tente pas de balayer le cours de niçois, les effectifs se maintiennent partout (photo MN)
Il précise que 1500 élèves apprennent le niçois – il n’emploie jamais les termes d’occitan ou de langue d’oc – et constitue donc un signe de la « demande » d’enseignement de la langue régionale.
 
Analyse partagée par l’Association des enseignants APLR. « Les chiffres parleraient d’eux-mêmes » souligne Olivier Pasquetti, qui représente l’association d'enseignants, « l’Académie (Var + Alpes-Maritimes, Ndlr) à la rentrée 2014 dix-sept professeurs certifiés enseignaient l’occitan, et 13 seulement à la rentrée 2017. Pas de départs en retraite en cause, mais le mouvement des mutations d’enseignants qui demandent à enseigner en Région Occitanie, et ne sont plus jamais remplacés ».
 
« Les professeurs certifiés ne sont pas les seuls en enseigner la langue » complète Anne-Marie Sgaravizzi, professeure d’occitan à Nice, « avec ceux qui l’enseignent en plus de leur spécialité habituelle, ils sont 28 professeurs dans l’Académie, mais pour un volume total de 126 heures. Faites le calcul ! quatre heures et demie par enseignant et par an …que faire dès lors ?! »

L'occitan enseignement "complémentaire" et "variable d'ajustement"

Pour Olivier Pasquetti (APLR) la décennie 2020-30 sera fatale à l'enseignement de la langue d'oc dans l'Académie, sans un relèvement conséquent du nombre de postes ouverts au Capes d'Occitan-Langue d'Oc (photo MN)
Pour Olivier Pasquetti (APLR) la décennie 2020-30 sera fatale à l'enseignement de la langue d'oc dans l'Académie, sans un relèvement conséquent du nombre de postes ouverts au Capes d'Occitan-Langue d'Oc (photo MN)
Les principaux de collèges et lycées, pour peu qu’ils n’aient pas d’appétence pour l’occitan, considèrent la matière comme variable d’ajustement. En cas de difficulté à établir un emploi du temps, c’est la langue régionale qui, préférentiellement, disparaît de l’établissement.
 
La faute à la réforme de 2015, qui considère cet enseignement comme « complément ». « Nous sommes le maillon faible » regrette la professeure, qui souligne que le provençal dans l'Académie se porte encore infiniment plus mal : "Son enseignement a quasiment disparu dans le secondaire dans le Var".
 
Le Recteur d’Académie, pour autant, n’est pas épargné par les professeurs d’occitan de l’Académie. « S'il ne transmet pas l’état des besoins au ministère, il ne peut jamais y avoir de remplacements ! » dixit Olivier Pasquetti.
 
Mais l’absence de politique supposée d’Emmanuel Ethis, nommé dans l’Académie avec la réforme de Najat Vallaud-Belkacem, ne fait jamais que produire ses effets dans un contexte dramatique : « depuis 2003 le Capes n’ouvre qu’à quatre postes par an de Bordeaux à Nice. Clairement, nous avons ici besoin de 39 nouveaux postes pour éviter la mort de la matière. Car les départs en retraite vont totalement assécher cet enseignement dans la prochaine décennie » avertit le professeur.
 
« Je garde tous mes élèves, dans la rue, dans les commerces, les gens me demandent si leur enfant me trouvera encore l’an prochain…Il y a une demande, elle s’exprime partout » soutient Anne-Marie Sgaravizzi. « Là où le niçois est enseigné, l’effectif est stable, voire augmente » affirme de son côté Olivier Pasquetti. «  c’est un signe clair, les jeunes veulent apprendre la langue régionale ».
 
Un diagnostic partagé par Christian Estrosi, au fond, qui clôt son communiqué par une adresse au gouvernement : il  «  lui demande de prendre la mesure du problème. Il s’agit d’une responsabilité de l’Etat. »

A nos lecteurs : notre enquête complète sur l'enseignement de l'occitan dans l'Académie de Nice figurera dans le numéro d'avril de notre mensuel...Abonnez vous dès-à-présent pour le recevoir !

Mercredi 14 Mars 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Le Québec et ses enjeux linguistiques et sociaux
Dison que...

En finala Beart espòutisse Charpin

Andrieu avait invité des gens de culture pour le désastreux match OM-Atretico...

En finala Beart espòutisse Charpin
Avieu convidat de colègas cinefiles e amoros de la cançon francesa pèr assistar a la finala OM-Atletico davant mon escran plat. Es rede 3 a 0, dona pas lo rebat dau debanament dau rescòntre.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.