Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

IEO 06 : "lei professors d'occitan disparéissan"


NICE. L'IEO 06 dresse un bilan anxiogène de la situation académique, et regrette que le président de la Métropole n'emploie pas la dénomination officielle de la langue . "L'occitan - langue d'oc désigne notre enseignement, il faut pouvoir s'entendre avec l'Administration"



Joan-Pèire Spies, pdt IEO 06 (photo MN)
Joan-Pèire Spies, pdt IEO 06 (photo MN)
"La demanda d'ensenhament de l'occitan es a l’auça despuei d’annadas e chasque an, dins l’Acadèmia de Niça, que siegue en nissart, provençau, mentounasc o aupenc ». Joan-Pèire Spies, lo president de l’Institut d'Estudis Occitans deis Aups Maritimas, serà direct : l’Educacion Nacionala asseca la demanda e adonc abaissarà artificialament l’ofèrta d’ensenhament.

E l'IEO de publicar un comunicat per desvolopar son analisi., amb l'APLR e la Federacion des Associacions dau Comtat de Niça.
 
« Lo nombre d’oras d’ensenhament davala despuei d’annadas dins lei collègis e lei licèus dau Var et deis Aups-Martimas, e lo nombre de professors es a fondre de 30% en solament quatre ans. »
 
E de regretar que lei professors d’occitan siegon pas representats dins lei comissions de l’Educacion Nacionala coma va son leis autres. « Deurián li èstre, una question d’egalitat republicana ! » ajusta Joan-Pèire Spies.
 
Se lo president de l’IEO se ditz content de l’iniciativa de Christian Estrosi, s’estona pasmens de pas legir lo nom de sa lenga dins lo comunicat dau president de Niça Metropòla : « L’i parla jamai d’occitan-lenga d’Òc, la denominacion oficiala dei tèxtes…Coma farà per discutir amb lo ministèri, se parla pas amé lo mume vocabulàri ?! »
 

Mercredi 14 Mars 2018
Michel Neumuller





1.Posté par COMBE Gilbert le 15/03/2018 17:35
Je pense qu'il faut dire notre soutien à la démarche de Christian Estrosi, rassembler d'autres politiques favorables et engagés, et avec le mouvement associatif, les enseignants, tous ceux qui nous soutiennent et qui veulent faire quelque chose pour la langue d'oc il faut organiser une grande journée de réflexion et d'action médiatisée, précédée par une pétition en ligne et diffusée par les associations rassemblées

2.Posté par Jean-Marc RABIER le 15/03/2018 18:02
Caldriá que totas las associacions occitanas - niçardas e provençalas - de parlaires, dançaires, cantaires, dels afogats de patrimòni e d’istòria, estajants de las vilas e del campèstre, se recampèssen per organizar una manifestacion granda dins las carrièras de Niça coma aquò se faguèt en Avairon a Rodés i a un parelh d'annadas per afortir la nòstra fiertat e defendre la lenga nòstra. Cal mostrar a l'administracion e als elegits que de milierats de personas se pòdon mobilizar per sauvar e espandir la lenga.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.