Aquò d'Aqui


            partager partager

Les profs d'occitan-niçois passent à l'offensive vidéo


NICE. Une vidéo de l'APLR tente de mobiliser la société civile autour de l'option d'occitan, menacée par la réforme des Lycées.



Olivier Pasqueti (APLR) face à la caméra pour mobiliser le public en faveur de la langue de son pays (photo MN)
Olivier Pasqueti (APLR) face à la caméra pour mobiliser le public en faveur de la langue de son pays (photo MN)
"Cette réforme des lycées rendra difficile l'accès des élèves à l'option, et réduit drastiquement le coefficient au bac de la langue régionale dans l'optique du contrôle continu du futur bac".

Olivier Pasquetti, professeur d'occitan-Langue d'Oc dans l'Académie de Nice et président de l'Association des Professeurs de Langue Régionale s'exprime dans une vidéo en occitan. Celle-ci disponible sur Youtube, sous titrée en français, résume l'enjeu.

Pas d'équité dans le traitement d'une matière "pourtant richesse du patrimoine linguistique", qui ne peut être cumulée avec d'autres options, au contraire du grec et du latin. Les enseignants d'occitan pourtant font valoir que leur option est la plus demandée, et nourrit des vocations, notamment dans les métiers du patrimoine.

Moteurs à Nice le 5 février, participant à la grande mobilisation de Toulouse le 17, les enseignants de l'APLR rappellent qu'avec leur fédération Flarep (enseignants de langues régionales en France) ils ont fait connaitre leurs revendications au ministère de l'Enseignement.

Vendredi 8 Mars 2019
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.